Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 10Article 561551

General News of Thursday, 10 December 2020

Source: Cameroon Info

Guéguerre: Albert Dzongang s'attaque à un conseiller spécial de Paul Biya

Le conseiller spécial du président du MRC Maurice Kamto est intervenu sur Radio Equinoxe le 10 Décembre. Il estime que le combat que son parti mène contre le régime de Yaoundé est en passe d’être gagné.

Albert Dzongang était un des invités de la matinale du 10 Décembre 2020 sur Radio Equinoxe. Le conseiller spécial de Maurice Kamto a notamment commenté la dernière actualité en rapport avec son champion. Il s’est également projeté sur l’avenir de la lutte que son parti, le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun mène contre le régime de Paul Biya. Il voit déjà le bout du tunnel. “Je dis aux Camerounais: “Ne perdez pas espoir. Nous sommes très proches du but. Quand vous voyez ce qui s’est passé chaque jour, les erreurs de votre ennemi sont des éléments de votre victoire ».

Albert Dzongang cite les régionales qui, soutient-il, « n’apporteront rien au quotidien des Camerounais ». L’ancien député RDPC , parlant du camp d’en face dénonce « des gens qui ne peuvent pas laisser une parcelle de pouvoir à l’autre ».

Décidé à afficher les tares supposées du régime, il accuse Luc Sindjoun, conseiller spécial à la présidence de la République d’l’infantilisation des chefs traditionnels de la région de l’Ouest. Des chefs qui avaient « écrit quelque chose de bien », dit-il, se rappelant leur déclaration du 19 Novembre 2020 sir la situation sociopolitique du Cameroun. La plupart d’entre eux ont dû se raviser et ont produit, dit-on sous la dictée du pouvoir, une autre correspondance au goût des autorités camerounaises.

Albert Dzongang reproche à Luc Sindjoun d’avoir réunis les chefs traditionnels et d’avoir posé avec eux alors qu’il n’est pas chef. « Il porte ce qu’on appelle « la malchance du chef ». C’est tout cela qui va le poursuivre », déclare l’opposant. Qui accuse l’universitaire de vouloir tirer des bénéfices de toute action qu’il mène.

Luc Sindjoun est accusé d’avoir déjà eu à transformer les signatures sur les feuilles de présence de certaines réunions avec les chefs en signatures pour motion de soutien. Il déplore le traitement imposé aux autorités traditionnelles de l’Ouest. « Les chefs traditionnels ont le droit de conduire leurs peuples dans la voie du progrès. Et quand ils écrivent, vous revenez leur dire de se dédire et vous vous mettez au milieu d’eux. Et on dit que ce sont les chefs de l’Ouest », s’émeut-il.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter