Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 08Article 518788

General News of Monday, 8 June 2020

Source: newsclic.info

Grogne des recalés au CAPIEMP: Laurengt Etoundi Ngoa sous le feu des critiques


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le Collectif des instituteurs titulaires d’anciens CAPIEMP et frustrés manifestent ce lundi 08 juin 2020 à la délégation régionale du ministère de l’éducation de base. Ils accusent le Ministre Laurent Serges ETOUNDI NGOA d’avoir tripatouillé les résultats du CAPIEMP.

Le mot d’ordre de grève était déjà lancé depuis quelques jours. On pouvait notamment y-lire :
“La manifestation des instituteurs frustrés par les résultats mafieux de la récente contractualisation demeure maintenue à 6 h à Yaoundé au minedub.

“LE SIT-IN DE DEMAIN MATIN EST MAINTENU ET AURA BEL ET BIEN LIEU. Aucune danse Bafia , aucune trahison, aucune contradiction. La balle est dans votre camp. Let’s stand and cry for our rights !!! Our SIT-IN IS MAINTAINED FOR TOMORROW MORNING . Sorry for my poor English. » de Monsieur Kassa Onana, l’un des administrateur du collectif. Pour mieux comprendre l’origine de la grogne, lisons ces témoignages obtenus sous anonymat :

Témoignage 1: l’ensemble des choses qui nous choque dans cet injustice érigé au Ministère de l’éducation de base. Qu’un papa de 40 ans comme moi soit léser au détriment de ses enfants alors même que le ministre disait en mondo vision avoir privilégiés les vieux capiemp comme le mien (2010).

Témoignage 2 : Je voudrais exprimer mon exaspération par rapport aux résultats du recrutement des instituteurs au Minedub . En effet je suis un camerounais âgé aujourd’hui de 38ans.

Après mes études universitaires j’ai fait plusieurs fois le concours de l’ENS de Yaoundé sans succès . En 2009 , j’ai été reçu au concours de l’Enieg de Dschang ,vice major . Un après , c’est à dire en 2010 j’ai obtenu le CAPIEMP ( vice major à la sortie également) .

Après cette formation j’ai intégré une école privée pour y exercer en attendant un éventuel recrutement à la fonction publique. En 2014 sous le règne de Adidja Alim il y a eu le lancement du 2eme programme de contractualisation des instituteurs au Minedub . Les deux premières vagues de ce recrutement étaient réservées aux maîtres de parents exerçant dans les écoles publiques contre un salaire minable.

À cause des lenteurs administratives la 3eme vague qui concernait tout avait été lancée quatre ans plus tard ,en 2018 .j y avais postulé à 35ans sorti de l’école à 28ans. Malheureusement je n’étais pas retenu. Cependant sur cette liste y figuraient les noms des candidats ayant obtenu leur capiemp en 2011,2012 et 2013.

En 2019 grâce à l’appui de la banque mondiale , le 3eme programme est lancé . Dans le communiqué lançant la 1ere vague de ce programme, le ministre a défini les critères de candidature , il y avait entre autres l’ancienneté du capiemp , l’âge chronologique des candidats proches de 40ans . J’ai postulé ayant la conviction que je serai retenu parce-que mon CAPIEMP est vieux de 10ans et je suis âgé de 38ans .

Onze mois plus tard le ministre publie la liste et je constate avec beaucoup d’amertume que je n’ai été retenu pour la quatrième tentative . Dans cette liste on y voit des candidats âgés de 21 et 22ans qui ont été retenus au détriment des plus âgés qui ont un vieux capiemp . J’ai le regret de constater que les critères exigés au départ n’ont pas été respectés , pire encore dans cette liste ne sont indiqués ni le poste d’affection ni l’année d’obtention du capiemp des candidats sélectionnés . Ce qui me pousse à dire que ce recrutement a été fait sur la base des pratiques moins orthodoxes.

J’ai le cœur meurtri parce-que dix ans après l’obtention du capiemp je suis encore à la traîne , bientôt j’aurai 40ans sans être recruté pourtant j’ai bien envie de servir mon pays . Aujourd’hui je suis un instituteur indigné à cause des frustrations qui m’ont été affligées par nos gouvernants .Mon coeur saigne . Je souffre dans mon propre pays .Quelles autres conditions devrais-je remplir pour être en fin recruté monsieur le ministre ? Je m’indigne!!!”.

Témoignage 3: Je suis titulaire d’un CAPIEMP 2010 et j’ai 39 ans à ce jour. Malheureusement une fois de plus je n’ai pas été retenu dans le cadre du recrutement des 3000 instituteurs qui mettaient pourtant en avant les critères âge et ancienneté du capiemp. Ces résultats sont entachés de beaucoup d’irrégularités voir tripatouillages.

Comment comprendre que des capiemp 2012 pour 30 ans soient retenus et moi 2010 pour 39 ans recalé? Comment comprendre que des listes qui au départ des régions informatisées précisant les années d’obtention de capiemp ressortent au final sans les années d’obtention du capiemp et encore moins sans aucune répartition des quotas par régions ?

Le ministre pour calmer la colère des indignés fait des annonces selon lesquelles il ya un autre recrutement qui sera lancé dans deux mois pour le compte de la seconde vague du programme de recrutement de 12000 enseignants contractuels financé par la banque mondiale qui ira jusqu’en 2024. Il déclare que les recalés n’auront plus à déposer des dossiers parceque que déjà présents dans la base de données du minedub.

Si tel est le cas à quoi servirait de prendre un autre arrêté de recrutement pour la deuxième vague? Arrêté qui contribuera à grossir les effectifs des 30000 (trente mille) recalés qu’il a dans sa base de données ? Pourquoi ne pas gérer ceux là qui se plaignent déjà ? Pourquoi ne pas recruter les 9000 mille restant en une phase quand on connaît le déficit que connaît le pays? Surtout que c’est un financement de de la banque mondiale ?

Quand le ministre déclare qu’on ne constituera plus de dossier c’est réaliste ? Dans ce pays où les concours concourent à renflouer les caisses de l’État à travers l’achat des timbres ? Qu’il nous publie déjà la liste des recalés qui se trouvent dans sa base de données et par régions. De toutes les façons le constat est clair, si le recrutement avait été objectif le ministre ne serait pas à multiplier les sorties et points de presses autour de ces résultats. Il veut endormir les élans de soulèvement de ces enseignants qui croupissent avec de vieux capiemp depuis des décennies alors que les écoles manquent d’enseignants.”. Une autre recalée crie son désarroi :

“Il y a de celà 9 ans que j’eus mon CAPIEMP et je me dirigeai dans mon village Ndoungué. Là bas j’ai commencé à exercer comme MPF à la maternelle Publique et puis en 2012 mon nom sorti sur la liste primitive lancée comme Institutrice de l’enseignement Primaire et maternelle.

Il fallait donc acheminer les dossiers pour la liste definitive.Ce que j’avais fait et à ma grande surprise on avait retenu dans le Nlonako ceux qui n’avaient de noms sur la première liste et le mien a été rejeté.

Comme si cela ne suffisait pas toutes les autres années passées j’ai bien postulé et je remplissais tous les critères et jusqu’à present me voici à 40 ans sans recrutement. Je mentionne que je suis presque la première femme à être MPF dans ma localité mais derrière moi tous et moins âgés que moi ont été recrutés. Que voulez vous que je dise pour notre pays?

Excusez moi je suis dans la rage.Orpheline de mon état de père et mère je m’exerce pour le suivi et l’éducation de mes petits frères .Je suis allée à l’Enieg à 31 ans en 2011. j’ai toujours postulé dans ce village comme enseignante zélée et exemplaire mais je suis déçue. Je n’ai plus de souffle.”

Le Gouvernement gagnerait ainsi à trouver une solution appropriée pour ces instituteurs, qui pour la plupart semblent solidement outillés et qualifiés pour exercer la profession. Lorsqu’on sait que certaines régions administratives souffrent parfois de sous-effectifs, et que le métier de la craie ne fait plus rêver…

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter