Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 02Article 570649

Actualités Régionales of Tuesday, 2 February 2021

Source: Cameroon Info

Grogne: des ex-combattants séparatistes paralysent la circulation à Buea

Ils ont investi les rues de la capitale régionale du Sud-Ouest le 1er février 2021 pour protester contre leurs conditions de vie et la durée de leur séjour dans le centre de réintégration de la ville.

Ils sont sortis pour faire entendre leurs voix. Ils ont barricadé des rues de Buea pour exprimer leur désapprobation. Munis de bâtons et de gourdins, des ex-combattants séparatistes anglophones, pensionnaires du Centre de désarmement, de démobilisation et de réintégration (CNDDR) de Buea ont paralysé la circulation sur certaines artères de la ville. Ils protestent contre leurs mauvaises conditions de vie et le séjour de plus en plus long dans ce Centre de réinsertion.

La vive tension entre autorités et ces derniers a nécessité l’intervention des forces de maintien de l’ordre pour contenir les manifestants et calmer la situation. Ces ex-combattants dénoncent le traitement qui leur est infligé par le directeur dudit centre. Ils expliquent que le temps imparti pour leur insertion est dépassé. «On nous a promis une insertion de six à sept mois avec possibilité de trouver du travail. Mais depuis deux ans, nous sommes toujours là sans perspectives», se plaint un pensionnaire.

Créé en 2018 par le président Paul Biya, le Comité national de désarmement, de démobilisation et de réintégration (CNDDR) vise à donner une seconde chance aux jeunes enrôlés dans les groupes armés. Ces derniers, qui choisissent délibérément de déposer les armes, ont ainsi la possibilité de réintégrer dans la société à travers des formations professionnelles (maçonnerie, menuiserie, peinture, couture…) et le petit commerce. D’après le coordonnateur du CNDDR, Faï Yengo Francis, les trois centres (Buea, Bamenda et Maroua) du CNDDR comptaient en novembre 2020, 500 ex-combattants de Boko Haram et anciens membres de milices séparatistes en cours de réinsertion.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter