Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 06 21Article 603613

Actualités of Monday, 21 June 2021

Source: www.camerounweb.com

Graves révélations d'un Directeur d'Hôtel sur les escapades sexuelles de Martin Camus

L'hôtel Marina à Yaoundé L'hôtel Marina à Yaoundé

• Un ex Directeur d'un hôtel à Yaoundé sort de sa réserve et déballe tout sur les escapades sexuelles de Martin Camus

• Il indique que Martin Camus a agressé de nombreuses fois les serveuses de chambres et qu'il y a des reçus des factures payées par le journaliste

• Il a lancé un appel à ces femmes qui ont été victimes sexuelles de Martin Camus



Les langues se délient depuis la publication montrant Martin Camus aux côtés d'une jeune fille dont les photos de ces parties intimes ont fait le tour des réseaux sociaux. Un ex directeur d'un hôtel dont le journaliste sportif à l'habitude de passer ses soirées érotiques vient de faire une sortie fracassante qui donne une nouvelle version à toute l'innocence que Martin Camus tente de faire croire aux camerounais.

L'ex directeur de l'hôtel Merina a rapporté les plaintes des serveuses de chambre qui ont été agressées à maintes reprises par le journaliste sportif. "Ancien responsable d’hôtel que j’ai été, je suis quand même surpris depuis le déclenchement de l’affaire Mimb de ne pas entendre mes anciennes collègues femmes de plusieurs Hôtels huppés de Douala et Yaoundé où ce gars a souvent logé dans le cadre des séminaires et autres colloques sur ce qu’elles vivaient avec lui et venaient me rapporter en tant responsable Foods and beverages.
C’était à un point où quand Mimb passait une commande de repas ou de boisson pour service en chambre, elles préféraient faire appel à un costaud vigile pour lui monter son repas car son stratagème était connu.", révèle-t-il.


Le témoignage de Mr Bessala, l'ex directeur de Merina que Cathy Meba a partagé sur son mur, fait froid dans le dos et démontre le côté pervers de Martin Camus. Avec preuves à l'appui, il annonce que Martin n'aime pas lâcher ses victimes et qu'il s'aggrippe à elles jusqu'à ce qu'il n'ait satisfation. "En cas d’échec il lui est arrivé à plusieurs reprises de tenir violemment par la main la serveuse afin d’essayer de coucher avec elle par force. Toute personne qui a déjà était agrippée par une personne à mobilité réduite, sait comment il est difficile de se dégager en pareille situation", lâche-t-il.

L'ex directeur ne mâche pas ses mots et avoue parler d'ailleurs avec des preuves. " Des factures comptables en bonne et due forme de vêtements de service des serveuses de restaurant et femmes de chambre déchirés et payés par Camus mimb existent bel et bien dans archives comptables de plusieurs hôtels de ce pays. C’est dire qu’en cas d’enquêtes ouvertes, des preuves tangibles existent bel et bien. J’attends parler de cabale contre mimb par un groupement de bassa d’un certain parti politique et cela me fait rire", regrette-t-il avant d'ajouter : " Mimb est malade est doit se faire soigner, ses proches ou ceux qui se disent être ses amis doivent le faire consulter en psychiatrie. On ne se met pas nu avant de demander le consentement sexuel d’une femme fusse-t-elle majeure".


Mr Bessala appelle ses anciennes collègues à s'armer de courage et à dénoncer Martin Camus et ses complices pour un Cameroun plus sain et paisible à leurs progénitures. "Ces femmes victimes qui préfèrent se taire et refusent de dénoncer publiquement leur bourreau. Je comprends la précarité de l’emploi au Cameroun et la peur des représailles, mais à toutes ces femmes, à toutes mes anciennes collègues d’hôtel, je souhaite leur dire de penser à leurs enfants et à ne pas reporter les combats qu’elles peuvent mener aujourd’hui pour leur léguer un pays sain où la condition féminine sera respectée", a-t-il conclu.

L'affaire Malicka-Camus est aux mains des avocats. Des pressions énormes pèsent sur Martin Camus et ses complices de tout part. Boris Bertolt lui a donné moins de 48 heures pour présenter ses escuses à la jeune fille sinon il va dévoiler toute l'histoire aux camerounais dans les moindres détails surtout leur fameux groupe whatsapp de partouze et de prostitution dans lequel il est avec d'autres personnalités du pays.



Voici l'intégralité des propos de Mr Bessala, ex directeur de Merina Hôtel à Yaoundé





« Tu ne peux pas laisser un handicapé dans cet état»
« Regarde comment je suis déjà tendu »
Ancien responsable d’hôtel que j’ai été, je suis quand même surpris depuis le déclenchement de l’affaire Mimb de ne pas entendre mes anciennes collègues femmes de plusieurs Hôtels huppés de Douala et Yaoundé où ce gars a souvent logé dans le cadre des séminaires et autres colloques sur ce qu’elles vivaient avec lui et venaient me rapporter en tant responsable Foods and beverages.
C’était à un point où quand Mimb passait une commande de repas ou de boisson pour service en chambre, elles préféraient faire appel à un costaud vigile pour lui monter son repas car son stratagème était connu.
Au moment de monter son repas ou une double lingerie de bain dans sa chambre, elles le trouvait systématiquement nu, couché sur le lit avec son penis en main. Et il jouait de la compassion sur son statut d’handicapé pour demander des faveurs sexuels.

En cas d’échec il lui est arrivé à plusieurs reprises de tenir violemment par la main la serveuse afin d’essayer de coucher avec elle par force.
Toute personne qui a déjà était agrippée par une personne à mobilité réduite, sait comment il est difficile de se dégager en pareille situation.
Des factures comptables en bonne et due forme de vêtements de service des serveuses de restaurant et femmes de chambre déchirés et payés par Camus mimb existent bel et bien dans archives comptables de plusieurs hôtels de ce pays. C’est dire qu’en cas d’enquêtes ouvertes, des preuves tangibles existent bel et bien. J’attends parler de cabale contre mimb par un groupement de bassa d’un certain parti politique et cela me fait rire. Mimb est malade est doit se faire soigner, ses proches ou ceux qui se disent être ses amis doivent le faire consulter en psychiatrie. On ne se met pas nu avant de demander le consentement sexuel d’une femme fusse-t-elle majeure.

Je marque tout de même ma surprise sur ce silence de ces femmes victimes qui préfèrent se taire et refusent de dénoncer publiquement leur bourreau.
Je comprends la précarité de l’emploi au Cameroun et la peur des représailles, mais à toutes ces femmes, à toutes mes anciennes collègues d’hôtel, je souhaite leur dire de penser à leurs enfants et à ne pas reporter les combats qu’elles peuvent mener aujourd’hui pour leur léguer un pays sain où la condition féminine sera respectée.
Pris sur le mur de R. Bessala, ex directeur F&B Merina Hôtel Ydé

Rejoignez notre newsletter!