Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 13Article 527137

General News of Monday, 13 July 2020

Source: Actu Cameroun

Grand dialogue national: un incontestable succès?


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Qu’on le veuille ou pas, l’organisation du Grand dialogue national (Gdn) a produit des résultats tangibles dont l’implémentation contribuera forcément au retour à la paix dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Dans ce sens, ce fut un succès. N’en déplaisent aux entrepreneurs de guerre de tous bords qui ont pris les populations de ces 2 régions en otage.

Le Grand dialogue national convoqué par le président Paul Biya, et qui s’est tenu du 30 septembre au 4 octobre 2019 sous les auspices du Premier ministre chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute, rentrera dans les annales comme un grand moment de l’histoire du Cameroun. Aussi vrai qu’il contribuera à la résolution définitive de la crise dite anglophone. Une crise qui a fait de nombreux morts dans les rangs des civils et des forces de défense, de multiples kidnappings, et bien d’autres atrocités. Cette crise s’est également illustrée par des incendies de plusieurs infrastructures publiques notamment les écoles et les centres de santé.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’objectif a été atteint si tant il est vrai que des fils d’un même pays reconnus comme tel ont eu l’occasion de se parler pour tenter de taire leurs divergences. L’autre paire de manche est donc de mettre rapidement en branle les différentes résolutions sorties du travail acharné abattu au sein des commissions créées pour la circonstance.

Des questions liées au bilinguisme, à la diversité culturelle et la cohésion sociale en passant par la reconstruction et le développement des zones touchées par le conflit, le retour des réfugiés et des personnes déplacées, les systèmes éducatif et judiciaire, la décentralisation et le développement local, la démobilisation et la réinsertion des ex-combattants, le rôle de la diaspora dans le développement du pays, rien n’a été oublié. Ces résolutions sont aujourd’hui progressivement mises en place par le président de la République Paul Biya.

D’ailleurs, le président de la République n’avait pas attendu la tenue de ce Grand dialogue national pour prendre des mesures visant à décanter la situation. On peut citer l’élargissement de centaines de personnes arrêtées dans le cadre de cette crise, l’adoption d’une loi consacrée à la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme, l’adoption du Code général des collectivités territoriales décentralisées qui va accélérer davantage le processus de décentralisation. En ce qui concerne justement le Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le statut spécial dont bénéficient désormais ces 2 régions prend en compte les spécificités du sous-système éducatif anglophone, de la Common Law et de la chefferie traditionnelle.


Comportements excessifs


Seulement malgré toutes, ces initiatives, on a comme l’impression que les entrepreneurs de guerre ne l’entendent pas de cette oreille. Ils font d’ailleurs étalage d’une mauvaise foi manifeste au point où ils continuent à perpétrer des actes de terrorisme dans ces 2 régions. Malgré la présence rassurante des forces de défense qui, avec bravoure et professionnalisme, ratissent large pour permettre d’opérationnaliser la reconstruction qui vient d’être lancée.

Pendant que leurs mentors qui résident à l’extérieur pour l’essentiel et dont les comportements excessifs doivent être condamnés avec la dernière énergie continuent à penser que l’issue de la crise passera inévitablement par la voie d’une autre négociation. Des négociations sous la houlette des tiers. On ne perd rien à attendre. Mais la voie interne a plus de chance de réussir, pourvu que les interlocuteurs fassent preuve de conscience et de bonne foi. D’où la question essentielle de se poser si les Camerounais ont fini de se parler.

Surtout que le gouvernement travaille à remplir la quasi-totalité des recommandations du Grand dialogue national. Mais la fronde ne baisse pas. Qu’est-ce qui peut justifier la persistance de la violence qui s’exporte déjà dans d’autres régions du territoire national et principalement dans la capitale Yaoundé en proie aujourd’hui à des explosions d’engin explosif improvisés ? Quelles pistes de solutions ? Quelles perspectives ? Des questions, des questions, encore des questions.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter