Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 04Article 539362

General News of Friday, 4 September 2020

Source: Cameroon Info

Grand Dialogue national: un an après, qu'est-ce qui a vraiment changé?

12 mois après la tenue du Grand Dialogue National, le Comité de suivi de ses recommandations s’est réuni à Yaoundé sous la houlette du Premier Ministre, Joseph Dion Ngute.

Où en est-on avec la mise en œuvre des recommandations du Grand Dialogue National (GDN) et que reste-t-il à faire ? C’est autour de cette double interrogation que les membres du Comité de suivi des recommandations issues de ces assises se sont réunis le 3 septembre 2020 à Yaoundé, sous la houlette du Premier Ministre, Joseph Dion Ngute, président dudit comité.

La CRTV, le média d’Etat, renseigne que plusieurs résolutions ont été prises au cours des travaux. L’une des plus importantes porte sur la reprise effective des classes dans toutes les localités du pays à l’occasion de la rentrée scolaire et universitaire 2020-2021. Y compris dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, théâtres d’un conflit meurtrier depuis quatre ans. Des violences qui, selon l’UNICEF, le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance, ont privé près d’un million d’enfants de scolarisation dans la zone.

Sur le terrain, les tensions restent vives. Ces dernières semaines ont même connu une escalade inquiétante de la violence, marquée par les assassinats barbares des hommes en tenue et des civils, dont des femmes.

La question est donc de savoir comment les autorités vont s’y prendre pour permettre le retour des enfants à l’école en toute sécurité. A ce sujet, le Comité s’est contenté d’annoncer la mise sur pied d’une stratégie de communication en vue de porter le message de paix, de réconciliation et de reconstruction nationale à tous les âmes de bonne volonté.

Bilan mitigé

Convoqué à l’initiative du Président Paul Biya, le GDN s’est tenu à Yaoundé du 30 septembre au 4 octobre 2020. Les travaux présidés par le Chef du gouvernement devaient permettre une sortie de crise dans les régions anglophones et la mise en œuvre d’un véritable processus de décentralisation qui tienne compte des aspirations profondes des populations.

Un an après, de petites avancées ont été obtenues. Notamment la libération de plus de 333 détenus de la crise, la création d’une école de formation des administrateurs locaux (NASLA) ou encore l’adoption et la promulgation de la loi portant Code Général des Collectivités Territoriales Décentralisées. Même si la mise en application de cette loi, notamment l’aspect lié au statut spécial des régions anglophones, reste attendue.

En dépit de tout cela, force est de constater que les violences n’ont pas cessé sur le terrain et les morts continuent d’être enregistrés. Un climat tendu qui va sans doute impacter la campagne lancée par les autorités, visant le retour des déplacés internes.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter