Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 05 17Article 597304

xxxxxxxxxxx of Monday, 17 May 2021

Source: camerounweb.com

Grève au LANACOME: Cabral Libii tacle le ministre Manaouda Malachie

•Le personnel du LANACOME est en grève.

•Ils réclament 4 mois d'arriérés.

•Cabral Libii apporte son soutien au personnel du LANACOME.


La grogne du personnel du Laboratoire national de Contrôle de qualité des Médicaments et d'Expertise (LANACOME) est inadmissible, selon l'honorable Cabral Libii qui, dans une publication sur sa page Facebook tacle de ministre de la Santé, Dr Manaouda Malachie en déclarant cette situation inadmissible.

'En pleine pandémie du Covid-19...Inacceptable! Le personnel du Laboratoire National de Contrôle de qualité des Médicaments et d'Expertise ( LANACOME) en grève, manifestation pacifique sur le trottoir à Yaoundé. Ils sont encadrés par la confédération des syndicats autonomes du Cameroun (CSAC). Ils réclament entre autres, des arriérés de salaires de 04 mois. Ils ont notre soutien', écrit le président du PCRN.

Un problème récurent?

Quelques semaines avant des agents de santé on manifesté leur colère à travers une grève d'une journée. Cette grève qui s'est tenue du samedi 1 au dimanche 2 mai a duré à peine plus de 24 heures, mais elle a été suffisamment bruyante pour mettre en branle le Centre des opérations d'urgence de santé publique (COUSP), chargé spécialement de la prise en charge du Covid-19.

Du samedi à dimanche, les personnels de ce centre ont protesté contre le non-paiement de leurs salaires et un projet de décompression et décongestion des effectifs décidé par leurs responsables.

Toute la nuit de samedi, ils ont négocié serré avec divers interlocuteurs de l'administration, dont le gouverneur de la région du centre et le ministre de la Santé publique. Finalement, un accord a été trouvé au petit matin sur la base des primes à payer en fonction du nombre de jours de travail.

L'accord ainsi trouvé a aussitôt été mis en exécution et les uns et les autres sont passés à la caisse. Si le travail a effectivement repris, un point reste cependant à clarifier. Des indiscrétions faisant état de l'intention des autorités en charge de la santé publique de licencier une partie du personnel. Plusieurs dizaines de personnes, au moins une centaine, seraient ainsi dans l'expectative.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter