Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 05 16Article 463219

General News of Thursday, 16 May 2019

Source: lebledparle.com

Grégoire Owona demande pardon aux Camerounais

Au RDPC, la tendance semble être au pardon désormais. Un jour après Essomba Bengono, et après le mouvement lancé par Paul Biya, cette fois c'est le ministre du travail et Secrétaire Général adjoint du RDPC qui demande « Pardon » au Camerounais, après sa surprenante sortie médiatique sur la question du SMIG au Cameroun

Il y a deux semaines au cours de l’interview qu’il a accordée à la CRTV-Télé, le ministre du travail et de la sécurité sociale avait fait savoir qu’au Cameroun, « On peut vivre avec le SMIG à 36270 Francs CFA » déclarait-il, « On vit même avec ça. Et c’est plus grave parce qu’il y en a qui continuent de payer ce SMIG ». Et de préciser que « le problème du Smig n’est pas si on peut ou ne pas vivre avec 36 000. Je voudrais vous dire qu’aucune des entreprises qui ont participé à la négociation du SMIG ne paie 36 270. Tous sont au-dessus », expliquait le 30 avril 219, le Ministre du Travail et la sécurité sociale Grégoire Owona. Une sortie qui a suscité le tollé sur les réseaux sociaux.

Face à cette vague d’indignation, Grégoire Owona demande pardon ce 15 mai. « Pour ceux qui n’ont pas bien compris mes explications sur le SMIG et qui ont pensé que la solution est de m’insulter, je leur demande pardon. J’expliquerai mieux ultérieurement. Je continue d’inviter les travailleurs à la pratique du dialogue social qui permet l’amélioration de la relation employeur-employé et qui nous conduit plus vite au travail décent. » a-t-il fait savoir ce mercredi sur Facebook.

La sortie du ministre coïncide aussi avec l’appel au pardon lancé par Paul Biya le mardi 7 mai sur Twitter. « L’important, aujourd’hui, est de pardonner & d’oublier, de tendre ensemble vers un but commun. Nous ne pouvons, à la fois, regarder l’avenir & vivre au passé. Le pardon mutuel est le chemin qui conduit vers la paix durable », propose Paul Biya.

Mardi 14 mai, c'est Essomba Bengono, membre du Rassemblement démocratique du peuple camerounais qui implorait le pardon du peuple anglophone et du Cameroun tout entier pour des « propos malveillants » qui lui « ont échappés lors du débat (Equinoxe soir) auquel » il participait lundi 13 mai sur Equinoxe Tv. L’homme politique a minimisé les chiffres ce lundi face à Serge Alain Ottou. « Est ce que vous savez le nombre de fois où Dieu le créateur a du raser l’espèce humaine pour se faire un peuple. (…) Nous ne comptons pas les morts, nous comptons les camerounais actifs tous les jours » lançait-il.