Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 06 02Article 599737

General News of Wednesday, 2 June 2021

Source: Repères n°967

Gouvernance publique : le Minfopra démontre son inefficacité

Joseph Le, ministre de la fonction publique Joseph Le, ministre de la fonction publique

Le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative a signé le 21 mai 2021, une série d’arrêtés portant licenciement et révocation d’agents publics.
Joseph Le, ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra) a signé le 21 mai 2021, 5 arrêtés sanctionnant des fonctionnaires d’Etat relevant du code du travail. Les.décisions du ministre qui précisent les noms,’les postes et les matricules des concernés sont saluées par une kyrielle de personnalités. 493 agents publics licenciés et révoqués par le Minfopra dans plusieurs secteurs d’activités.

Notamment des contrôleurs des prix de poids et mesures, des instituteurs contractuels, des cadres contractuels d’administration, des informaticiens contractuels, des agents contractuels d’administration, des infirmiers diplômés d’Etat contractuels, des cadres en génie Informatique contractuels. Cet acte rentre dans le cadre de la phase de contentieux de l’opération de Comptage physique des personnels de l’Etat (COPPE), a pour but la rationalisation de la masse salariale de l’Etat qui tourne actuellement autour de 1000 milliards de FCFA, sans précision sur le nombre exact de fonctionnaires.



Cependant, les, experts sur les questions de gouvernance publique remettent en question l’efficacité du département ministériel que dirige Joseph Le depuis mars 2018. Pr Viviane Ondoua Biwolé, alors qu’elle était invitée au journal de 13 h au poste national CRTV le 24 mai 2021, indique que l’acte traduit l’inefficacité du gouvernement. Après avoir salué la décision du gouvernement, l’experte en gouvernance publique révèle qu’« en réalité, ce type de résultat dévoile des dysfonctionnements de l’administration camerounaise. Notamment le dispositif de gestion des ressources humaines est inefficace ». Si le Pr Viviane Ondoua Biwolé espère que cette sanction disciplinaire peut entraîner des changements de comportements, si et seulement si les vulnérabilités observées au niveau de gestion du personnel, l’encadrement et le laxisme des incompétents sont résolus.





Il est évident que l’absentéisme affaiblit la qualité du service public, elle rappelle que « la pédagogie aurait plutôt prévalu en insistant sur comment organiser le travail, comment éviter les absences au travail. Pas seulement comment traquer les travailleurs qui sont parfois dans l’arrière pays qui n’ont pas de quoi se loger. La pédagogie gagnerait à insister sur les différents types d’absence au travail.

De ce point de vue, l’élite administrative devrait être largement sanctionnée parce que c’est elle qui entretient l’absence ». Au regard de ces sanctions qui sont prises conformément aux dispositions des décrets N° 78/484 du 09 novembre 1978 et N° 94/199 du 7 octobre 1994, portant respectivement Code du travail et statut général de la Fonction publique, le Pr Viviane Ondoua Biwolé explique clairement que « l’absence ici ne doit être vu du point de la discipline, mais doit être adressée du point de vue de la qualité des gestionnaires. Si vous avez un gestionnaire qui ne s’intéresse pas au travail, qui vient à 11h, que voulez-vous que les autres fassent ? On va entretenir le présentéisme qui est en réalité une forme d’absentéisme».

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter