Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 01Article 545677

General News of Thursday, 1 October 2020

Source: Actu Cameroun

Gourmandise : ils voulaient écarter leur père de la succession de sa femme

Abandonnés par leur père dès le bas âge, les enfants ont décidé d’ouvrir le jugement d’hérédité de leur génitrice sans l’en informer alors que ce dernier était encore marié à la défunte. Le tribunal a recadré le débat.

Pensez-vous que seules les femmes ont droit à l’héritage de leur défunt mari ? Les hommes aussi sont les héritiers de leur défunte épouse. » C’est le conseil que l’on peut retenir de l’audience de droit focal du 23 septembre 2020. Helene est rentrée chez elle ce jour-là déçue par la tournure qu’a prise sa requête devant le Tribunal de premier degré (TPD) de Yaoundé. Installée au dernier banc de la salle d’audience depuis le petit matin, elle pensait que son affaire allait passer comme une lettre à la poste sur la table du juge. Quand son dossier a enfin été appelé, la dame 35 ans environ s’est présentée devant le juge, sûre d’elle, accompagnée de plusieurs personnes. Il s’agit de ses frères et sœurs, ainsi que des membres de sa famille.

Helene, qui se présente comme une commerçante, a introduit une requête devant le TPI) de Yaoundé pour obtenir le jugement d’hérédité de Dorcas, sa génitrice. La défunte est décédée en 2018. Après son décès, Helene, l’ainée de la famille a réuni tous ses frères afin de désigner les héritiers du patrimoine de la disparue. Elle a ensuite saisi le tribunal pour homologuer les résolutions prises lors de cette assise familiale. C’est cette procédure qui a été débattue à l’audience du 23 septembre dernier.

Revers

En effet, Dorcas avait été mariée officiellement à Patrice. Le couple a eu trois enfants, tous majeurs aujourd’hui. Après le décès de Dorcas, sa famille s’est réunie et un procès-verbal (PV) de conseil de famille a été dressé. Dans ce document qui a été présenté au tribunal tous ses enfants ont été désignés cohéritiers de leur défunte mère. Helene, la fille aînée est désignée administratrice des biens de la succession. Pour gérer le patrimoine de sa mère, Helene a besoin d’une décision de justice qui homologue les résolutions contenues dans le PV du conseil de famille.

Au cours des débats dans cette affaire, le juge chargé de cette procédure a remarqué que la défunte était officiellement mariée à un homme, et qu’elle n’a jamais divorcé (te ce dernier. Ce qui intrigue le plus 1e tribunal et le fait qu’il n’existe nulle part le nom de son mari. « Où est votre père ?» a interrogé le juge. Et Helene de répondre ; « Il nous a abandonné alors que nous étions encore tout petits et est allé vivre avec une autre femme. Nous ne savons pas où il est à présent. Il n’a même pas assisté aux obsèques de la mère de ses enfants.»

Poursuivant son témoignage, la dame a rappelé au juge que c’est elle qui s’est occupée de sa génitrice pendant ses derniers jours, et qu’elle est décédée entre ses mains. Pour elle, son géniteur n’a aucun droit sur la succession de leur mère. Etonné par ces déclarations, le juge a répliqué :.« C’est impossible ! Savez-vous que votre mère était encore mariée à cet homme qui est votre père ? Ce n’est pas parce qu’il vous a abandonnés qu’il n’est plus successible. Vous étiez encore les enfants, vous ne pouvez pas connaître les raisons qui l’on poussé à partir de la maison. Il est votre père, vous n’avez aucun droit de te juger. Allez le chercher. »

Désormais, Helene et ses frères savent que sans la présence de leur géniteur devant la barre, leur action ne peut pas aboutir au résultat espéré. L’affaire a été renvoyée au 25 novembre 2020 pour la comparution de Patrice et débat.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter