Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 03 10Article 578695

xxxxxxxxxxx of Wednesday, 10 March 2021

Source: cameroon-info.net

Gestion du Covid-19 : une députée traumatise Manaouda Malachie

La députée du PCRN s’est exprimée ce 10 mars 2021 sur les antennes de la CRTV.
La députée du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale (PCRN), l’honorable Rolande Ngo Issi, a accordé une interview à la Cameroon Radiotélévision (CRTV), ce 10 mars 2021. Sur les antennes du poste nationale, elle a évoqué la question du genre à l’Assemblée nationale et la résurgence des cas de Coronavirus au Cameroun, entre autres.

La situation actuelle de la pandémie du Coronavirus au Cameroun est à nouveau préoccupante et demande une intervention rigide des pouvoirs publics. Cela, alors qu’il y a quelques mois, tout semblait indiquer que le Cameroun maitrisait la situation. Une résurgence de la maladie qui surprend la députée du PCRN. «On avait assisté à une accalmie de la pandémie. Aujourd’hui, nous sommes tous surpris de la montée de la pandémie avec les multiples cas de décès que nous enregistrons», a-t-elle déclaré d’entrée de jeu.

Pour elle, la faute serait au gouvernement. «Moi je pense que le gouvernement a pris cette pandémie avec beaucoup de légèreté… On n’a pas connu ce qui s’est passé dans d’autres pays. Pourtant, ils avaient annoncé un certains nombres de choses qui pouvaient aider à ce que cette pandémie soit maîtrisée de manière définitive. Je vais par exemple prendre le cas de la pharmacopée. Nous avons plusieurs naturopathes qui ont trouvé des solutions. C’était pour moi des aubaines qu’il fallait explorer. Le gouvernement gagnerait à accompagner ces gens à mettre sur le marché, des produits à titre préventif ou à titre curatif pour maîtriser ou alors éradiquer de manière définitive la pandémie. A côté de ça, le MINRESI devrait mettre en place le protocole qu’il avait annoncé avec beaucoup d’énergie au mois de mars, il y a un an aujourd’hui», poursuit-elle.

Sur la question des droits des femmes, Rolande Ngo Issi reconnait qu’il y a des avancées jusqu’ici, mais qu’il y a encore des choses à faire. A l’assemblée nationale, «nous portons déjà le problème de représentativité. Au PCRN, nous pensons beaucoup plus à la parité. Pourquoi ne pas avoir une Assemblée Nationale qui a 90 femmes et 90 hommes ? Il faudrait qu’on intègre cela à travers une loi», a-t-elle déclaré.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter