Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 23Article 543787

General News of Wednesday, 23 September 2020

Source: Cameroon Info

Georges Dougueli s'attaque violemment la Une de Cameroon Tribune

Notre confrère dénonce une forme d’arrogance du média public, vis-à-vis du MRC et de ses militants.

«Marches illégales du MRC: Pschitt…» C’est le titre sarcastique qui barre la grande Une de Cameroon Tribune, le quotidien national bilingue, paru ce mercredi 23 septembre 2020. Au lendemain des marches de l’opposition, initiées par Maurice Kamto, le média public affirme que «sur l’ensemble du territoire national, les Camerounais ont fait la sourde oreille hier aux appels à l’insurrection de cette formation politique, préférant vaquer sereinement à leurs occupations. Quelques tentatives ont tout de même été enregistrées à Douala, vite dispersées par les forces de l’ordre».

Ce choix éditorial n’est pas du goût de Georges Dougueli (photo). Le journaliste en service au magazine Jeune Afrique a publié mercredi, une tribune sur sa page Facebook. Il fustige l’attitude méprisante et arrogante de Cameroon Tribune vis-à-vis du parti de Maurice Kamto et de ses militants. Il conseille enfin aux journalistes des médias publics de prôner la culture de la démocratie, tout en mettant un accent sur un discours d’apaisement.

Georges_Dougueli

Voici sa tribune:

LA SOCIÉTÉ DE PROVOCATION

Guy Debord me pardonnera le détournement de son concept. Mais comment qualifier cette manière bien camerounaise de faire la politique ?

Mettre en une du quotidien national cette onomatopée sarcastique et familière léguée par Jacques Chirac est une provocation. Le pouvoir et sa presse voudraient titiller l’orgueil du peuple de l’opposition qu’ils ne s’y prendraient autrement.

Irrespect, fanfaronnades, arrogance ... Pour eux, il n’y a pas d’autre façon de traiter ce «Petit parti» que par l’humiliation. Ce à quoi se livre Jacques Fame Ndongo lorsqu’il corrige les communiqués de Maurice Kamto. Ou cet éditorialiste de la CRTV traitant le président du MRC de «Déficient mental».

Ils avilissent ainsi toute personne qui s’oppose au pouvoir par le détournement éhonté des médias financés par les impôts des Camerounais. Plus grave, ils appellent à l’escalade car le mot Insulte vient du latin in silire, qui veut dire «bondir sur». Insulter est donc un acte de violence verbale, qui précède souvent l’agression physique.

Cette Une inutilement provocatrice de Cameroon Tribune est irresponsable. En cette période troublée, les journalistes des médias publics seraient bien inspirés de travailler dans l’esprit de disséminer la culture démocratique tout en prônant l’apaisement. L’histoire des transitions politiques nous enseigne que la plume est une arme qui se retourne souvent contre ceux qui en usent sans discernement.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter