Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 26Article 610195

Diasporian News of Monday, 26 July 2021

Source: Week Infos N°63

Genève : comment Paul Biya a driblé la BAS

Comment Paul Biya a driblé la BAS Comment Paul Biya a driblé la BAS

Dès l’annonce du séjour genevois du chef de l’Etat, les membres de la Brigade Anti Sardinard avaient promis perturber de manière sérieuse cette période de repos. Les services de la Présidence ont pris toutes les dispositions pour un séjour paisible de Paul Biya.

Dans le domaine du Football, on aurait dit que Paul Biya mène au score devant la BAS. Le Chef de l’Etat poursuivrait paisiblement son séjour genevois, après les annonces triomphales du week-end faites par certains leaders du mouvement Brigade Anti Sardinards (BAS) qui parlaient de « fuite » de Paul Biya. Tout serait parti du communiqué signé Tsimi Evouna, chef de délégation permanente départementale du comité central du RDPC pour le Mfoundi qui informait « les populations de la cité capitale et de ses environs que le chef de l'Etat son Excellence Paul Biya et madame Chantal Biya regagnent Yaoundé le dimanche 25 juillet 2021, après un séjour privé fructueux. A cette occasion, le chef de la délégation départementale invite les présidentes et présidents de section RDPC, OFRPCC et OJRDPC de sa circonscription de réserver au couple présidentiel, par une mobilisation massive de leurs militantes et militants, un accueil triomphal, à la hauteur de l'évènement ».

Bien avant, c’est le maire de la commune de Mfou, qui invitait l'ensemble des populations de sa commune à sortir massivement le long de l'itinéraire Rond Point Nsimalen/ Odza borne 12, afin de réserver au Chef de l'État Paul Biya et à son épouse, un accueil des plus chaleureux. Pour les activistes de la BAS, il s’agit là d’un retour précipité, voir forcé. Sur son mur, l’un des leaders de la BAS Max Ivoire déclare « la vérité c'est que la pression de la BAS a fait en sorte que la suisse demande le départ de Paul Biya car beaucoup de citoyens se sont plaints après la manifestation des COMBATTANTS contre la présence du tyran à Genève ».

Il est suivi par une autre radicale, Sandy de Boston qui écrit « Le régime satrapique s'anime déjà à organiser le "Retour triomphal", avec des étudiants payés 2500fcfa chacun pour venir jouer aux guignols à l'aeroport de Nsimalen. La honte de ça. » Lettres controversé écrivain Patrice Nganang en rajoute une couche « LA DIASPORA LE SMATCHE, LE MRC L'AMORTIT BIYA PREND DONC LA FUITE! Mais les sept (7!) proces contre Mvondo Ayolo, l'hotel Intercontinental, la police cantonale de Genève etc., demeurent. Parce que ce que j'ai fait a Genève, je ne l'ai pas fait pour moi seul mais pour le peuple camerounais, merci de contribuer ici » Ecrit Nganang….Une chose est sure ce lundi 26 Juillet 2021, Paul Biya poursuit tranquillement son sejour en Suisse. Les activistes de la BAS ont fêté victoire un peu très tôt. Ces activistes qui avaient promis de rendre la vie dure à Paul Biya pendant son séjour à Genève sont plutôt entrain de mordre la poussière.

Echaudé par l’inoubliable incident de Juillet 2019 à l’hôtel Continental (Suisse), les services de la Présidence n’ont rien laissé au hasard. Tout serait sous contrôle. Voilà pourquoi ceux qui ont tenté de manifester devant l’établissement hôtelier ont été « dégagés » sans ménagement et condamnés par la justice Suisse, voilà pourquoi les autorités Suisses, contrairement à leurs habitudes ne voient pas d’un bon œil ces manifestations (d’où l’interdiction) « Le Cameroun est un pays respecté.

Par le passé on a laissé cette faille, parce qu’on pensait avoir à faire à des personnes civilisées. Avec les actes qu’ils ont posé dans nos ambassades, des actes de violence physique sur des personnes, nous avons compris qu’on a à faire à des voyous, et nous avons décidé de prendre nos responsabilités… » Explique un officier de la DSP. Il faut rentrer dans les annonces tonitruantes et menaçantes de certains activistes à l’instar de « caporal grillé », Kamoa la Panthère, Niat Barano…à l’annonce du séjour genevois de Paul Biya pour comprendre qu’en réalité, ils ont été bien « driblés » par le chef de l’Etat.

« Ils projetaient arrêter Paul Biya, ils projetaient le balader dans la rue…Sauf qu’à l’heure du bilan, personne n’a approché les 5,5 m de Paul Biya, personne d’eux ne peux même te dire exactement ou loge le chef de l’Etat, personne d’eux ne peut te dire ce qu’il fait en Suisse…Voilà ce qu’on appelle un dribble à la Eto’o fils. Ils sont obligés de se contenter des ragots pour masquer leur honte… » Déclare un militant du RDPC. En attendant, c’est un séjour à suivre.

Rejoignez notre newsletter!