Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 07Article 539905

General News of Monday, 7 September 2020

Source: Actu Cameroun

Fraudes : ' Brenda et Junior Biya sont coupables de haute tricherie'

Après Mamadou Mota, son camarade du parti Wilfried Ekanga fait part de son indignation suite à l’arrestation de Kevin Gervais Gassam Noche.
L’arrestation de Kevin Gervais Gassam Noche, 18 ans, suite à la fraude au Baccalauréat 2020, continue de susciter la colère des Camerounais. Après Mamadou Mota, c’est Claude Wilfried Ekanga, un autre militant du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) qui fait part de son indignation.

« Voici qu’ils viennent d’emprisonner un garçon de 18 ans qui n’a même pas encore l’âge de voter, pour une faute commise par leurs amis hauts placés, et pour certains, frères de village et de cannibalisme. Pendant ce temps, leurs enfants réussissent aux mêmes concours par réseaux ou par jeux de cuisses écartelées.» A-t- écrit sur son compte Facebook le samedi 05 septembre 2020.

« Brenda et Junior méritent 10 000 fois la prison »
Tout comme Mamadou Mota son camarade du parti, le critique politique camerounais pense que la justice s’est trompée de personne. Ceux qui trichent réellement aux examens et concours sont en liberté.

«Qui d’entre vous a vu Brenda pendant une semaine à l’Enam ? Qui a participé aux Travaux Dirigés avec Paul Junior ? Et pourtant à la fin, leurs noms se retrouvent au babillard, comme pour ces braves étudiants qui eux, auront passé des nuits blanches à s’arracher à l’étude. Dans cette logique de carnassiers, Brenda et Junior méritent 10 000 fois la prison !! Eux, ils sont coupables de haute tricherie, et là au moins, ce n’est pas un débat », tranche l’homme hostile au régime de Yaoundé.

Kevin Gervais Gassam, le bouc émissaire

A l’en croire, la place du jeune Kevin Gervais Gassam n’est pas derrière les barreaux. Il n’est qu’une victime collatérale. Le pauvre Kevin, se lamente Claude Wilfried Ekanga qui n’a que sa mère, est devenu le bouc émissaire d’une bande de reptiles incapables d’assumer leur banditisme.

Dans sa diatribe, le cadre du MRC affirme que les vrais prisonniers sont encore en liberté. Il cite plusieurs affaires qui n’ont pas encore résolu mais qui ont défrayé la chronique : Ceux qui ont torturé Ibrahim Bello et lui ont fait perdre ses deux jambes sont libres. Et ceux qui ont tiré cinq balles dans la tête de la petite Martha (4 mois) à Muyuka sont libres.

Enfin, il parle du sous-préfet qui « a assassiné une femme enceinte et n’a pas perdu ses fonctions. Pas plus que Marie-Claude Mezou qui n’a été limogée après avoir assassiné Epanda (20 ans) en plein jour à Bafoussam. »

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter