Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 04Article 539380

General News of Friday, 4 September 2020

Source: www.camerounweb.com

Fraude au BAC : révélations d’une source proche du dossier sur ABK radio

Le jeune Kevin (18 ans) n’est pas la seule personne arrêtée pour avoir fait fuiter les épreuves du baccalauréat de cette année. Au total cinq jeunes sont placés en détention à la prison centrale de Kondengui dans le cadre de cette affaire. Ils sont pour la plupart des jeunes enseignants et élèves. Leurs profils sont loin des autorités en charge des épreuves d’un examen national. Un enseignant (27 ans) au lycée technique de Manku (Melong) qui travaillait avec ses élèves via Whatsapp, a reçu l’épreuve d’une de ses élèves qu’il a traitée et renvoyée. Il est fut arrêté et jeté en prison. Son frère était ce vendredi sur ABK radio pour expliquer la situation et implorer sa la libération. Pour rappel, les cadres de l’office du baccalauréat cités comme les principaux responsables de la fuite des épreuves sont toujours en liberté.



Il y a un mois, 05 jeunes ont été arrêtés par la police camerounaise. Il étaient accusés d'avoir partagé les épreuves du baccalauréat sur les réseaux sociaux.

L'un d'eux a 18 ans élève en classe de TLE. Il a pris l'épreuve sur Instagram et a envoyé cela dans son groupe de l'école. Il a donc été arrêté à bagangté et transféré à la Police judiciaire de Yaoundé.

Un autre est fonctionnaire enseignant au lycée technique de Mankoua à melong, a reçu l'épreuve sur WhatsApp par le biais de ses élèves. Il l’ a traité et les a renvoyé les corrections via WhatsApp lui aussi a été incarcéré à la police judiciaire.

Les 3 autres sont des enseignants vacataires qui ont aussi reçu l'épreuve et traité à Penja. Ils ne résident ni à Yaoundé ni à Douala.

Aujourd'hui ils ont été déféré a la prison centrale de kodengui pour détention provisoire après 1 mois en cellule, et les renvois du parquet

Le problème c’est que les coupables même de cette affaire ( ceux qui ont sortis l'épreuve des tiroirs de l'obc) sont en liberté mais des innocents sont en prison. En effet, suite aux fuite, L’enquête administrative mise en place par Nalova Lyonga, le ministre des Enseignements secondaires accablait sept responsables du service de reprographie de l’Office du baccalauréat du Cameroun (Obc). La Commission d’enquête était présidée par le secrétaire général du ministère des Enseignements secondaires.

Comment comprendre des personnes qui vivent dans les zones reculées telles que Bangangte, Markous, Penja soient tenues pour responsables de fuites au baccalauréat alors que le siège de l’OBC se trouve à Yaoundé et que les vrais responsables des fuites identifiés par une enquête administrative restent en liberté? Ça c’est de l’injustice, doublé de la méchanceté. C’est révoltant.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter