Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 17Article 562985

General News of Thursday, 17 December 2020

Source: Actu Cameroun

Fraude au BAC: depuis Kondengui, un enseignant demande pardon à Pauline Nalova Lyonga

Nouthé Romanic, professeur des collèges de l’enseignement technique (PCET), vient d’adresser une lettre à Pauline Nalova Lyonga pour implorer son pardon.
Dans un communiqué publié le 17 août 2020, le ministre de l’Enseignement secondaire revenait sur les cas de fraudes qui avaient émaillé le déroulement des épreuves écrites du baccalauréat de l’enseignement général. En effet, les épreuves de Physiques, Sciences de vie et de la terre(SVT) et de Chimie dans les séries C, D et Technologie de l’Information(TI) avaient fuité dans les réseaux sociaux.

Après un travail acharné d’une commission d’enquêtes administrative mise sur pied sur instruction du chef du gouvernement, Pauline Nalova Lyonga avait déterminé l’origine de la fuite des épreuves et les responsabilités avaient été établies. Elle avait surtout indiqué que les concernés devraient être sévèrement sanctionnés sur le plan administratif. Sur le coup, plusieurs personnes avaient été interpellées. Quelques mois, un enseignant encore en détention à Kondengui implore le pardon du ministre de l’enseignement secondaire.

Merci de lire la sortie de Nouthé Romanic, qui par ailleurs donne sa version des faits.

Je suis Nouthé Romanic, professeur des collèges de l’enseignement technique (PCET) promotion Enset Kumba novembre 2018. Je suis le seul enseignant accusé parmi les 5 personnes dans l’affaire des fraudes et complicités de fraudes au baccalauréat 2020.sa fais déjà 48 jours que suis ici à Kodengui.

Je suis professeur de gestion Immobilière, j’enseigne au CETIC de Mankwa dans l’arrondissement de Melong. Je dispense les cours de maçonnerie car je fais partir du département de maçonnerie. J’ai reçu à la veille des examens du baccalauréat le recto de l’épreuve de physique par le biais d’une élève que j’ai transféré à mon tour dans un groupe d’étude donc je suis administrateur.

Je n’enseigne pas dans l’enseignement général ni au second cycle et je ne pouvais pas imaginer que cette épreuve était l’épreuve qui avait fuité surtout qu’a cette période plusieurs épreuves défilaient sur les réseaux sociaux. Je suis à présent le seul détenu dans cette affaire présente à la prison centrale de Kondengui puisque d’autres ont bénéficié d’une

Libération provisoire qui m’a été refusé jusqu’à présent. J’implore la clémence de madame le ministre des Enseignements secondaires, des procureurs, juges et syndicats des enseignants. Juste la liberté provisoire.



Nouthé Romanic

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter