Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 17Article 535213

General News of Monday, 17 August 2020

Source: Cameroon Info

Fonds de solidarité Covid-19: la colère des enseignants

Le Syndicat National Autonome des Enseignants du Secondaire juge famélique l’enveloppe de 19.5 milliards FCFA débloquée pour les ministères de l’Education de base, des Enseignements secondaires et du Supérieur, et déplore que le ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle ait été oublié.

Dans le Fonds spécial de solidarité nationale de lutte contre la pandémie de Coronavirus, le gouvernement a réservé une enveloppe de 19.5 milliards de FCFA, pour soutenir l’éducation des jeunes. Dans la grille de répartition, le ministère de l’Education de base s’en tire avec 6.5 milliards FCFA, le ministère des Enseignements secondaires se taille la part du lion, avec 7 milliards FCFA, tandis que le ministère de l’Enseignement Supérieur bénéficie de 6 milliards FCFA.

Cependant, le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle, a été oublié dans le partage. Un détail qui n’échappe pas au Syndicat national autonome des enseignants du secondaire (SNAES), lequel a adressé une correspondance au premier ministre chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute, le 11 août 2020, pour relever les manquements de cette répartition.

«Il est remarquable que la jeunesse scolaire encadrée par le Ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle a été omise et apparaît comme laissée-pour-compte. Cela pourrait se lire comme une expression du désintérêt de l’Etat et du Gouvernement pour cette jeunesse-là qui ne serait donc pas une jeunesse à part entière mais entièrement à part. Nous ne sommes pas convaincu que c’est là le message que le Gouvernement a voulu véhiculer», déplore le président du SNAES, Roger Kaffo Fokou, dans des propos relayés par le quotidien Le Jour de ce lundi 17 août 2020.

Le SNAES note amèrement que dans les postes de dépenses des trois principaux ministères en charge de l’Education, et notamment celui des Enseignements secondaires, la problématique du déficit de personnels enseignants ne soit pas envisagée dans le contexte de crise sanitaire actuelle.

«Une augmentation moyenne de 19 salles de classe par établissement représente 70% des salles utilisées en ce moment. Pour tenir ces classes supplémentaires, il faudra naturellement de nouveaux effectifs d’enseignants. Le taux d’enseignants vacataires opérant dans le secondaire public actuellement est déjà très élevé, atteignant dans certaines régions le tiers des effectifs en service. En cas de statu quo sur la question des effectifs d’enseignants, il sera donc impossible de déployer l’éducation en octobre 2020 dans le respect minimal des mesures de lutte contre la pandémie de la Covid-19», développe Roger Kaffo Fokou.

Et qu’en raison du respect de la distanciation physique, «les établissements scolaires publics du secondaire feront face dès octobre 2020 à un besoin supplémentaire moyen de 19 salles de classe et de 273 tables-bancs chacun», préconise le SNAES, qui plaide clairement pour une augmentation des allocations dédiées aux ministères en charge de l’Education.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter