Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 28Article 569848

General News of Thursday, 28 January 2021

Source: Cameroon Info

Fonction publique : de nombreux personnels recrutés sans salaires depuis 10 ans

Réunis au sein d’un collectif, ces personnels sans contrats, sans matricules et sans prise en charge salariale depuis 2011, interpellent les autorités.
L’opération spéciale de recrutement de 25000 jeunes diplômés dans la Fonction Publique, instruite par le président de la République Paul Biya, en février 2011, a viré au cauchemar pour de nombreux jeunes recrutés. En effet, 10 ans après cette opération, plusieurs d’entre eux sont sans contrats, sans matricules et sans prise en charge salariale.

C’est le cas Jeanne Prisca Angue Bengono, en service à la Cour d’Appel du Sud à Ebolowa depuis le 6 août 2012. «On nous avait promis que notre situation salariale sera prise en compte dans les six mois qui suivaient mais cette promesse dure depuis dix ans. En plus de vouloir rétrograder la catégorie dans laquelle j’ai été recrutée, je n’ai pas jusqu’ici de matricule. Nous vivons un vrai enfer», déplore la jeune dame dans les colonnes du quotidien Le Messager édition du 28 janvier 2021.

Francine Ekoumou, contractuelle d’administration, est également dans la même situation. «Affectée par le ministère des Affaires sociales au Commissariat du 6e arrondissement à Yaoundé. D’abord catapultée dans la région du Nord où elle a passé trois années infernales sans salaires, sans prise en charge et sans bénéficier au moins de la sollicitude du MINFOPRA, c’est après plusieurs négociations qu’elle a été ramenée à la capitale politique où son martyr est loin d’avoir atteint son terminus», peut-on lire.

Après de multiples requêtes introduites au ministère de la Fonction Publique et les arbitrages infructueux de la Primature, le collectif des contentieux des 25000 jeunes diplômés d’Etat ne sait plus à quel saint se vouer. «Nos dossiers ont déjà passé plus de six mois (depuis le 22 juillet 2020 Ndlr) au MINFOPRA. Sans succès. Si nous saluons l’implication du ministre de la Fonction publique qui nous a écouté et nous a promis de remédier à cette situation, il y a que nous continuons de tirer le diable par la queue; nous avons des responsabilités, des bouches à nourrir et c’est vraiment compliquer de joindre les deux bouts», confie Francine Ekoumou, porte-parole du Collectif.

Et pourtant, quelques mois après le recrutement, le ministre de la Fonction Publique de l’époque, Emmanuel Bonde, avait déclaré que les salaires des agents seront payés dès la fin du mois de janvier 2012. Contactés par Le Messager, certains collaborateurs de l’actuel MINFOPRA préfèrent balayer le sujet d’un revers de la main, accusant la presse de vouloir envenimer «une situation qui est sous contrôle et en voie d’être résolue par le ministre», lit-on.

En attendant le miracle, des sources du journal soutiennent que les contrats de la plupart de ces anciennes recrues de la Fonction Publique sont toujours bloqués au Secrétariat technique pour le recrutement de 25000 jeunes diplômés du MINFOPRA.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter