Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 05 17Article 597271

xxxxxxxxxxx of Monday, 17 May 2021

Source: Le Messager

Fin du régime Biya: le Mouvement réformateur veut renverser le Rdpc

Le bureau Fédéral du MR de ce département de la région du Centre présentée comme la chasse gardée du Rassemblement démocratique du peuple camerounais, a été installé le 15 mai dernier à Akonolinga. Principal défi : construire une nouvelle gouvernance participative.

Samuel Billong n’y est pas allé de main morte. En installant le Comité fédéral du Mouvement réformateur pour le département du Nyong et Mfoumou, soit quelques semaines seulement après l’installation du comité départemental du Mfoundi à Yaoundé, le président de cette formation politique a rappelé aux heureux promus que la vocation du MR est de travailler avec tous les camerounais sans aucune exclusion pour l’unité, la liberté et la modernité du pays. « Si nous décrions avec force les abus de certaines autorités administratives et le manque d’apathie de certains fonctionnaires vis-à-vis de nos populations, des fonctionnaires qui semblent avoir pour seul projet leur enrichissement personnel, c’est pour les appeler à se ressaisir.L’administration doit être totalement apolitique et tournée exclusivement vers le service, le bien-être des populations », a-t-il martelé. Avant d’indiquer que pour le Mouvement Réformateur, le fonctionnaire, l’agent administratif ou l’autorité administrative en tant que citoyen est libre de ces choix y compris politiques. « Il ne sera pas jugé sur son adhésion à un parti ou à sa capacité à entraver la bonne marche des partis autres que celui au pouvoir mais sur son efficacité voire, son efficience au service des populations ».

Le bon choix

Et de poursuivre son discours en interpellant l’autorité administrative, largement acquise à la cause du Rdpc, le parti au pouvoir au point de considérer tout parti de l’opposition comme un danger voire une menace pour la paix et la stabilité dans son territoire de compétence. « Je voudrais alors dire à Mesdames et Messieurs les Sous-préfet, les préfets et Gouverneurs à travers le pays qu’ils n’ont pas à avoir peur du Mouvement Réformateur. La liberté pour laquelle les réformateurs militent vaut également pour eux. Ils sont aujourd’hui emprisonnés au service d’un régime mais avec les réformateurs en responsabilité, ils seront libres au service des populations et de la Nation », a rassuré Samuel Billong non sans féliciter les populations d’Akonolinga et du Nyong-et-Mfoumou qui prennent le train des réformateurs, d’avoir « fait le bon choix ». « Avec la double cérémonie du week-end dernier à Bertoua qui a donné lieu à l’installation des quatre comités départementaux de la région de l’Est, la rencontre d’aujourd’hui est la preuve incontestable que le Mouvement Réformateur est sorti des grandes villes comme Yaoundé et Douala pour gagner l’arrière-pays en se positionnant comme un parti à assise nationale.Le Comité départemental du Nyong-et-Mfoumou sera le 10ème comité installé depuis le début de l’année. Notre parti est présent à ce jour sur une bonne trentaine de départements du pays. Il ne fait plus de doute que nous serons à plus de 30 comités départementaux cette année pour une prévision de 20 », se réjouit-il.

Plan d’aménagement de la réserve forestière de So’o Lala

Et pour clore son propos, le président national du MR va passer au vitriol le piètre visage de la ville d’Akonolinga, signe du laxisme et de l’incompétence des magistrats municipaux qui se sont succédé à la tête de cette commune créée en 1952. A preuve, aucune activité industrielle ou touristique n’a été développée malgré l’existence d’un potentiel culturel et naturel favorable au développement de ces activités. Pire, souligne-t-il, « le plan d’aménagement de la réserve forestière de So’o Lala qui a suscité beaucoup d’espoir dans la localité en terme de création d’emploi et d’amélioration des conditions de vie des populations a fait beaucoup de déceptions. Comme dans toutes les régions du pays, les projets et les actions en faveur des populations sont détournés au bénéfice des élites qui s’enrichissent de plus en plus pendant que les populations croulent dans une misère inqualifiable.Pour les projets forestiers qui fonctionnent effectivement, les populations reçoivent à peine 5% des recettes issues des taxes d’exploitation parce que sur les 10% qui leur sont réservés, ce qui est déjà insignifiant, la moitié va au fonctionnement des comités de suivi », s’est-il indigné.

Contribuer au succès de notre projet réformateur

Pourtant, s’étonne-t-il, aujourd’hui, grâce à Akonolinga, notre pays dispose de la deuxième réserve mondiale de rutile avec officiellement un potentiel de ce minerai de l’ordre de 3 millions de tonnes.En choisissant le Mouvement Réformateur, lâche-t-il, « les populations d’Akonolinga et du Nyong-et-Mfoumou font le choix qui garantit une gestion efficiente des retombées d’exploitation ce minerai et des autres activités économiques car nous sommes là pour exploiter de manière efficiente les potentiels immenses du pays en nous assurant que le bénéfice revient aux populations en priorité ». Un défi qui ne peut être possible que si le MR se met exclusivement au service des populations et de l’intérêt général. Ce d’autant plus que, « nous avons l’obligation de construire une nouvelle gouvernance participative et réformatrice au Cameroun pour faire décoller définitivement le pays. Votre mission est d’amener les populations dans une large majorité à contribuer au succès de notre projet réformateur. C’est de travailler avec conviction à gagner les prochaines élections dans ce département qui nous est cher », a-t-il prescrit aux membres du Comité fédéral.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter