Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 28Article 544870

General News of Monday, 28 September 2020

Source: Actu Cameroun

Fin du régime Biya: Cabral Libii doute de la stratégie de Kamto

Le député et président du Parti camerounais pour la réconciliation nationale Cabral Libii réitère qu’il est possible de renverser le régime Biya par la voie des urnes.

A en croire le député Cabral Libii, les marche du 22 septembre 2020 n’ont pas été une stratégie qui permet d’atteindre l’objectif voulu à savoir le changement à la tête de l’Etat.

«Si on pense qu’on peut déboulonner le régime de Yaoundé en avançant à découvert, je me permets d’en douter. Je vous invite à la stratégie. Ce qui s’est fait le 22, si ça s’intègre sur une stratégie plus affinée, alors c’est bon. Mais si ce n’était que ce que j’ai vu le 22, alors ce n’est pas bon», a déclaré le président du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (Pcrn) Cabral Libii en visite à Paris.

Pour le député du Pcrn, ce qui s’est passé le 22 septembre 2020 relève d’«une vieille recette qui n’a jamais permis d’atteindre le but que nous recherchons, qui est l’alternance». Et d’ajouter «j’ai étudié un peu l’histoire des manifestations populaires au Cameroun, j’ai compris un peu pourquoi beaucoup de Camerounais n’y adhèrent plus. Et j’ai compris, qu’il fallait plutôt faire le travail préalable de re solidarisation des Camerounais vis-à-vis de la chose politique mais surtout de l’action politique. Les marches au sein du Pcrn ne sont pas encore à l’ordre du jour».

Les urnes

L’ancien candidat à l’élection présidentielle de 2018 pense que c’est par la voie des urnes que l’opposition peut prendre le pouvoir. Il croit que c’est possible de battre le parti au pouvoir en passant par les urnes.

« Absolument. Imparablement. C’est inarrêtable. Je reste convaincu que c’est par le vote qu’on peu changer les choses au Cameroun. Si ce n’est pas par le vote que les choses changent, on pourrait avoir des mutations ; des mouvements ; des hommes pourraient changer mais en réalité, le même système pourrait se perpétuer et si les Camerounais veulent l’alternance, ils doivent s’inscrire massivement sur les listes électorales et surveiller leur vote… », a-t-il déclaré.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter