Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 04Article 611890

Politique of Wednesday, 4 August 2021

Source: Repères

Fatigue - Dérives - Incohérences: les pitreries de Cavaye Yeguié Djibril

Il s’illustre ces derniers temps par des dérives langagières et un discours truffé d’incohérences Il s’illustre ces derniers temps par des dérives langagières et un discours truffé d’incohérences

Le président de l’Assemblée nationale s’illustre ces derniers temps par des dérives langagières et un discours truffé d’incohérences qui trahissent son état de fatigue.

La manifestation de son extrême faiblesse physique. Dimanche 11 juillet 2021, alors que les corps constitués attendent l’arrivée du président de la République et de son épouse qui doivent s’envoler pour la Suisse, soudain le président de l’Assemblée nationale (PAN), Cavaye Yeguié Djibril, s’écroule. De justesse, le Premier ministre et le ministre d’État, secrétaire général de la présidence de la République le saisissent, empêchant ainsi une chute publique de la 3è personnalité de l’Etat.

Mais cet épisode trahit aussi un état psychologique instable, qui se traduit régulièrement par des dérives langagières et des propos virulents y compris contre le président de la République. Dès le lendemain de son départ en Suisse, le PAN et ses plus proches collaborateurs expriment publiquement leur colère contre Paul Biya, coupable de n’avoir pas accordé l’audience tant espérée. Le PAN ne décolère pas contre ce qu’il considère comme une humiliation, lui qui estime être venu servir de décor. Face à ses collaborateurs, il ne s’explique pas le refus de la présidence de débloquer 500 millions qui lui aurait permis de mettre des députés en mission en Occident pour tempérer les ardeurs de la diaspora contre Paul Biya.

Pour atténuer la virulence du discours du PAN, le secrétaire général de l’institution, Gaston Komba, prépare à l’insu de son patron un communiqué de soutien au président de la République, on y appose une signature scannée de Cavaye Yeguié Djbril.

Dans la même veine, Cavaye Yeguié Djibril s’emporte contre son proche entourage qui lui a pris 25 millions pour faire échouer le capitaine Bouba Simala du cours d’état-major de l’Emia faute d’avoir pu obtenir l’exclusion de l’ex-responsable de sa sécurité aujourd’hui persécuté. « Je vais au village demain, au retour je veux voir ces officiers qui ont pris cet argent. La même chose vous m’avez pris 8 millions me disant que c’est pour le chef du protocole d’État pour que je sois reçu à l’aéroport et je n’ai même pas reçu un bonjour spécial de Paul Biya », éructe le PAN.

Depuis le 17 juillet qu’il a quitté Yaoundé pour son village Mada, les pitreries du PAN sont devenues légion. Un coup, il mobilise toute sa sécurité et son entourage afin de mettre en alerte les forces de l’ordre après avoir été informé de la présence du capitaine Bouba Simala non loin de Mada, un coup il exige qu’on le ramène dans son village natal alors qu’il s’y trouve, un autre coup il exige qu’on le transporte à l’aéroport e Nsimalen pour l’accueil u couple présidentiel.

Quand il ne remet pas de l’argent à ses notables pour la fête du mouton ayant pourtant été célébrée près de 10 jours plus tôt. « On me dit que vous brutalisez, frappez et insultez les députés partout dans le pays. Vous devez savoir qu’un pays eut exister sans policiers mais pas sans députés. Un policier n’est pas un élu alors que le député l’est. Si c’est ce que barga Nguélé vous demande de faire je crois qu’il s’est trompé. Je suis sûr que la prochaine cible c’est moi-même », indique le PAN à l’intention des policiers affectés à sa sécurité.

Rejoignez notre newsletter!