Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 24Article 615220

Actualités of Tuesday, 24 August 2021

Source: www.camerounweb.com

Extreme-Nord : une nouvelle attaque de Boko Haram fait deux morts à Malika

Une nouvelle attaque de Boko Haram fait  deux morts à Malika Une nouvelle attaque de Boko Haram fait deux morts à Malika

• Le drame est survenu dans la nuit du lundi au mardi

• Au moins deux personnes ont perdu la vie

• Le village a été régulièrement visité par les groupes armés



La secte islamique Boko Haram fait l’actualité au Cameroun avec une violente attaque qui a fait au moins deux morts dans la nuit du lundi au mardi dans la région de l’Extrême-Nord, a appris www.camerounweb.com de sources dignes de foi.

« Ils sont arrivés tard dans la nuit, ils ont tué au moins deux personnes, emportés des bétails. Les populations ont fui l'attaque pour se réfugier en brousse comme vous pouvez le constater sur l'image », nous confie une source.

Malika est un village situé à Mora qui est une commune située dans le département du Mayo Sava à l’Extrême-Nord et située quasiment sur la frontière avec le Nigeria. Ce n’est pas la première fois que ce village est la cible des attaques de Boko Haram. On se souvient en 2019, les éléments lourdement armés du groupe terroriste Boko Haram venus à bord d’une dizaine de motocyclettes y ont tué des personnes, incendier des maisons et emporter du bétail.

La visite de Beti Assomo n’arrange rien

Une unité de l’armée camerounaise est encore attaquée dans la région de l’Extrême-Nord. L’incident est survenu dans la nuit du 8 au 9 août 2021 à Sagme. Au moins trois militaires camerounais ont perdu la vie. Tous faisaient partie du 41ème BIM.

« Une nouvelle attaque terroriste a eu lieu cette nuit dans l’Extreme Nord. Plus précisément à Sagme. Nos sources parlent de 3 morts tous des éléments du 41 eme BIM. Une attaque qui intervient quelques jours après la visite du ministre de la défense, Joseph Beti Assomo. L’on a également enregistré au cours de cette attaque un véhicule emporté et des blessés », confie la source.

Un militaire contacté par le lanceur d’alerte Boris Bertolt raconte les conditions difficiles dans lesquelles les militaires camerounais assurent l’intégrité du pays face aux groupes armés de Boko Haram. « Les postes sont abandonnés sans matériel et manque d'effectifs. Ce sont les mêmes gens qui subissent la guerre depuis 6 ans. Pas de relève. Comment un homme peut faire la guerre pendant 6 ans. Il aura encore quelle force ? », s’indigne le militaire qui a souhaité garder l’anonymat.

Rejoignez notre newsletter!