Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 11 15Article 476043

General News of Friday, 15 November 2019

Source: dailynewscameroon.com

Extrême -nord : le village des déplacés de Tildé englouti par les eaux

Les populations sans-abris depuis le drame, attendent désespérément les secours qui tardent à venir.

Tilldé Makary, village situé aux abords de la nationale numéro 1, dans la commune d’arrondissement de Makary. De ce village occupé par des déplacés internes fuyant les exactions du groupe djihadistes Boko Haram, il ne reste presque plus rien. Les cases d’habitation en poto-poto ont été entièrement engloutis par l’inexorable montée des eaux de la rivière El Beïd. Le drame est survenu le mercredi 13h novembre vers 3h du matin. « Nous étions tous endormis lorsque nous avons été surpris par les eaux. Nous avons juste eu le temps de sauver quelques objets et nous mettre à l’abri de peur de mourir noyer », raconte Maliki Dana, dans les colonnes du journal L’œil du Sahel.

En fait, face à la force des eaux de la rivière El Beïd, la digue érigée à main nue par les fpopulations de ce campement de réfugiés n’a pas tenu bien longtemps. C’est un autre coup dur pour ses déplacés internes qui après survécus aux exactions des combattants de Boko Haram, croyaient être définitivement à l’abris d’un malheur de cette ampleur. Partis de Chafot, Dotchi et d’autres villages frontaliers de la république du Nigeria, Tildé était très vie devenu leur Eldorado.

Nouveau départ et abris de fortune

L’espoir d’un lendemain meilleur recouvrait le mur de misère qui était pourtant visible dans ce village. « On a fui l’horreur des exactions du groupe terroriste Boko Haram et Tildé était un nouveau départ pour nous. La zone nous semblait sûr jusqu’à cette catastrophe. Et selon les anciens de cette zone, une situation similaire ne s’est plus produite depuis 60 ans », témoigne Mliki Dana.

Abandonné à eux même depuis la catastrophe, les déplacés de Tildé ont trouvé refuge sous les arbres pour les plus chanceux, tandis que d’autres familles sont à la merci du soleil. En plus d’être sans abris, la nourriture se fait également rare, les maigres réserves ayant été noyés par les eaux. Ce qui fait planer le spectre d’une famine imminente.

Joint au téléphone, le Maire de la commune de Makary, Abgassi Adoum, avoue toute son impuissance mais compte tout de même secourir les victimes malgré la modicité des moyens dont dispose sa commune. « Nous avons appris la nouvelle de la catastrophe dans la journée du mercredi, nous avons essayé d’avoir une idée des besoins urgents. Nous allons assister les sinistrés dans la mesure de nos moyens. Mais il faut que l’Etat, les ONG se mobilisent car Tildé et bien d’autres villages ont urgent besoin d’assistance ».

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter