Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 16Article 562865

General News of Wednesday, 16 December 2020

Source: www.camerounweb.com

Extrême-Nord : des enseignants traumatisés par Boko Haram témoignent

Presque personne ne parle d’eux et pourtant ils font également partie des victimes des incursions de Boko Haram dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun. Ayant tout perdu et ne bénéficiant pas du soutien de leur supérieur hiérarchique (prêt à les balancer), les enseignants du lycée de Kolofata ont exprimé leur cri de détresse dans une note envoyée à l’activiste camerounais Boris Bertolt.


“ Je suis enseignant, professeur au lycée de Kolofata, nous avons avec d'autres enseignants des zones en guerre communément appelées zones rouges (Kerawa,Limani, Kolofata, zelevet, kourgi....).


Nous avions décidé de faire une grève...mais nos proviseurs respectifs menacent de nous balancer, menacent de nous livrer chez le gouverneur afin que nous soyons punis d'insurrection et nos salaires suspendus.


En effet, depuis que la guerre contre Boko Haram a débuté, nous avons tout perdu, nos effets personnels, sans oublier le traumatisme. Les collègues de Limani ont vu le lycée de Limani être délocalisé à Mora pendant 3 ans. Puis avant les dernières élections présidentielles, le gouvernement a décidé de faire rentrer tous les lycées des zones en guerre pour convaincre les populations que la paix est revenue...or même la gendarmerie, la police, les douanes, l'hôpital...tous ces services ont été délocalisés pour Mora qui est plus sécurisé.


Nous avons posé comme condition pour rentrer enseigner dans cet enfer, d'être protégé par les éléments des forces de l'ordre, et d'avoir une prime de risques comme partout ailleurs. Ce qui a été fait un seul mois. En effet, nous avions reçu 100.000 par mois supplémentaires sur nos salaires et les éléments du BIR nous escortaient de Mora jusqu'à Limani Kolofata et autres. Puisque le fait de savoir qu'on est en enseignant constitue un risque pour nos vies, à titre de rappel, nous avons déjà perdu 7 collègues depuis 9 ans (dont 3 depuis la rentrée).
Depuis bientôt 2015, plus aucune escorte, aucune prime...(je rappelle que la prime a été donnée une seule fois en septembre 2015) depuis rien de plus. Depuis cette année l'insécurité est redevenue grandissante...Boko Haram revient en force.


Ce qui nous courrouce est que selon des sources très bien introduites chez le gouverneur et le délégué régional de l'extrême nord, délégué du MINESEC...ces primes continuent à être versées par l'État chaque année... mais le gouverneur et le délégué se les partagent...


Face à cette injustice et à ces conditions de travail, faire chaque jour des dizaines de kilomètres à moto avec le risque d'être tué en route...(le SG du lycée de Limani a aujourd'hui, au moment où je vous écrit , une jambe cassée en fuyant une attaque de Boko Haram , c'était le 7 octobre 2020). Nous vivons aujourd’hui dans la terreur “.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter