Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 16Article 613783

Actualités Régionales of Monday, 16 August 2021

Source: www.camerounweb.com

Extrême-Nord : Paul Biya offre 500 000 FCFA aux victimes des affrontements interethniques

Paul Biya offre 500 000 FCFA  aux victimes de Logone-Birni Paul Biya offre 500 000 FCFA aux victimes de Logone-Birni

• Paul Biya fait des dons aux victimes des affrontements intercommunautaires survenus à Logone-Birni

• Le gouverneur de la région de l’Extrême était à Logone-Birni ce dimanche

• Au moins 30 personnes ont perdu la vie dans cet affrontement



Midjiyawa Bakari, le gouverneur de la région de l'Extrême-Nord était ce week-end dans le département du Logone-Birni, théâtre de violents affrontements meurtriers entre les éleveurs Arabes Choa et les pêcheurs Mousgoums. Porteur d'un message de paix, le gouverneur a également remis aux familles des victimes et blessés des enveloppes de la part de chef de l'Etat Paul Biya. En effet selon les sources, chaque famille ayant perdu un membre dans cet affrontement a reçu 500000 FCFA. Les blessés ont eu chacun 100 000 CFA. Les populations de la localité ont également eu droit à des matériels de premiers secours.

Une trentaine de morts

Selon un correspondant local de la chaîne privée Radio Equinoxe, au moins 09 personnes ont été tuées et plusieurs dizaines d’autres blessées à l’issue de ces affrontements.

D’autres sources rapportent que les heurts ont eu lieu précisément dans le canton de El Birké, entre les communautés Arabe Choa et Mousgoum. Des membres des deux communautés se sont affrontés à coup de flèches.

Les affrontements intercommunautaires sont récurrents dans cette zone et tournent généralement autour des litiges fonciers.

En juin dernier, des affrontements s’étaient produits dans la localité de Makari entre les Kotoko et les Arabes Choa. Deux morts et plusieurs blessés avaient été enregistrés.

CamerounWeb vous propose la réaction de Maurice Kamto

Au cours de la semaine écoulée, la division Logone et Chari, et plus précisément la commune de Logone Birni, une localité paisible où plusieurs communautés vivent ensemble, est devenue une scène de conflit énorme, avec un effondrement de violence qui a causé près de 30 30 des morts et de nombreuses blessures.

Cette division est caractérisée par l'accès notoirement difficile aux ressources naturelles, qui dans le passé a été la cause de crises aussi mortelles que celle qui se produit actuellement. Cependant, cette fois-ci, les dommages irréparables étaient évitables. En effet, les moyens techniques de communication nous permettent maintenant d'agir rapidement et efficacement pour contenir des crises prévisibles telles que celle que nous vivons dans cette partie de notre pays. Malheureusement, depuis que le conflit actuel entre les communautés arabes Musgum et Choa au sujet d'un trou d'eau a éclaté, le silence de l'élite CPDM, le parti au pouvoir, qui excelle dans l'exploitation des antagonismes tribaux, et de l'administration, qui est toujours rapide à trouver et Réprimer toute activité du CRM avec une brutalité haineuse, a été flagrante et soulève des questions.
Le D. O., le S.D.O. et le gouverneur, qui sont territorialement compétents, n'ont pas fourni la solution urgente et adéquate requise par cette situation explosive.

Le CRM dénonce vigoureusement cette banalisation de la mort et le mépris du régime actuel pour le peuple camerounais et notamment pour les populations en conflit. Le lotissement Logone Birni est situé à 25 km de la ville de Kousseri ; rien n'a empêché les autorités de mettre en place une force d'interposition et d'appeler l'élite CPDM, qui tenait tranquillement leur réunion pour renouveler les organes fondamentaux de leur parti sur la même jour où les deux communautés se tuaient, pour contribuer à les apaiser.
Il est évident que ce qui intéresse ces élites et autres militants du CPDM, c'est leurs privilèges et autres situations de rentabilité que leur militantisme dans ce parti de prédation leur garantit.

On se demande pourquoi le gouverneur de la région du Grand Nord a adopté une approche si tardive face à une situation aussi dramatique.
Pourquoi invoquer les lamibés de Guidiguis, Mokolo et Maroua pour un problème à Kousseri alors que les leaders communautaires influents au sein de chacune des parties conflictuelles sont connus et disponibles ?

L ' administration aurait dû s'occuper des problèmes de pêche et d'agriculture entre les communautés de la division concernée plutôt que de jouer le pompier tardif et malavisé.

NOUS CONNAISSONS L 'ADAGE : GOUVERNER S' ANTICIPER.
Il est temps que les questions qui sont à la base de cette nouvelle crise entre les deux communautés qui se confronte soient abordées en profondeur, sans les manipulations politiques habituelles du parti au pouvoir. Le CPDM et l'administration, qui se suivent malheureusement sur les traces de ce parti, doivent cesser de mettre les communautés les unes contre les autres. L ' invocation de la PAIX ne devrait pas être une couverture pour l'incapacité du parti au pouvoir à préserver une cohabitation harmonieuse entre le peuple camerounais.

Il est impératif de créer une Commission qui sera chargée de mettre en œuvre les recommandations qui émergeront du diagnostic général qu'il est urgent de faire froidement, dans le seul but de construire la cohésion sociale.

Il faut déplorer que le gouvernement s'est encore éloigné d'un problème national pressant, confirmant ainsi que le sort du peuple camerounais n'est pas sa priorité. Plus sérieusement, celui qui est censé être le garant de la cohésion nationale, le président de la République, officiellement lors d'un ′′ court voyage privé en Europe ", montre une superbe indifférence face à cette tragédie. Cette attitude doit parler aux familles des victimes décédées, auxquelles le CRM présente ses sincères condoléances, auxquelles j'ajoute la mienne, tout en souhaitant aux blessés un prompt rétablissement. Aux deux communautés laissées à leurs propres appareils, nous souhaitons rapidement guérir les blessures de cette grave crise et les exhortons à ouvrir grand leurs bras les uns aux autres pour semer la paix dans le cœur des générations présentes et futures. C'est avec tous les camerounais que le Grand Nord pleure les morts évitables.

Le CRM reste convaincu que quelque soit le différend, le dialogue est la seule solution intelligente. Il exhorte les élites des deux communautés à contribuer au règlement pacifique et durable de ce conflit en montrant fraternité, patriotisme et ingéniosité pour mettre fin aux affrontements et rétablir le dialogue entre les deux parties.

Rejoignez notre newsletter!