Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 12Article 526783

General News of Sunday, 12 July 2020

Source: www.camerounweb.com

Exclusif: guerre ouverte à Etoudi, trois clans formellement identifiés


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Sur Equinoxe Tv ce dimanche, Edmond Kamguia a révélé l'existence de trois clans au sein de l' appareil étatique et qui se livreraient une farouche bataille.


L'ouverture annoncée d'un dialogue entre le gouvernement et les séparatistes anglophones a mis au jour les profondes divisions qui rongent le pouvoir camerounais.

Sur le plateau de "Droit de réponse" de ce 12 juillet, Edmond Kamguia a confirmé l'existence d'une profonde guerre entre les différentes sensibilités du régime. La guerre a été ravivée et accentuée par le sujet de la résolution de la crise anglophone. Plusieurs réseaux et clans s'affrontent au sein du gouvernement camerounais au sujet de la crise anglophone, ceci, afin de consolider leur position de pouvoir, fair savoir Edmond Kamguia.

Le premier clan, celui du SGPR Ferdinand Ngoh Ngoh veut continuer avec l'initiative suisse. Le second qui serait un clan constitué des faucons du régime a pendant longtemps nié l'existance de la guerre dans le NOSO. C'est ce clan qui aura pendant longtemps fermé la porte de toute négociation avec les séparatistes. Parmi les ténors de ce clan, l'on retrouve Atanga Nji, Laurent esso, Issa Tchiroma Bakari. "On ne négocie pas avec les terroristes", martèlent-ils régulièrement.

Plus invisibles mais très présents, les membres du troisième clan se présentent comme "des élites du NOSO et s'activent au quoditien à ce que cette crise ne se termine pas parce qu'ils estiment qu'ils ont une représentativité. Ils ont peur de disparaître de la scène si le gouvernement négocie avec d'autres" apprend t-on.

Le 3 juillet dernier, Jeune Afrique révélait l'existence d'une négociation sécrète entre pouvoir et séparatistes. Cette négociation qui aurait eu lieu dans la nuit du 02 juillet toujours selon jeune Afrique visait à parvenir à un cessez-le-feu dans le NOSO. Cette information "n'est pas conforme à la réalité", indiquera quelques jours plus tard Réné Sadi, le ministre de la communication dans un démenti.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter