Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 15Article 562616

General News of Tuesday, 15 December 2020

Source: Actu Cameroun

Exclusif : Paul Biya vient de relancer les négociations avec les sécessionnistes

Pendant ce temps, Ferdinand Ngo Ngo, le secrétaire général de la présidence de la République avec plusieurs autres cadres du régime compliquent tout projet de conciliation avec les ambazoniens, ils prônent la fermeté.
Dans les semaines qui viennent, une nouvelle rencontre est prévue entre les leaders ambazoniens qui sont en prison et le gouvernement camerounais. On se souvient qu’un entretien prévu le 29 octobre 2020 entre les deux parties avait été annulée après la tuerie dans une école à Kumba dans le Sud-Ouest du pays, le 24 octobre 2020 où, sept élèves ont perdu la vie. Une source proche du palais d’Etoudi informe à Actu Cameroun que le cardinal Christian Tumi, l’archevêque émérite de Douala, l’archevêque de Bamenda Andrew Nkea Fuanya et le révérend de Buea Fonki Samuel Forba, avaient accepté de participer à cet échange.

L’on apprend aussi par ailleurs que l’extrême lenteur des conciliations exaspère plusieurs pays européens. Il se dit que la France s’impatiente et s’inquiète de la situation sur le terrain. C’est ainsi que Christophe Guilhou, L’ambassadeur de France au Cameroun, a fait part de son inquiétude au vieux lion. Le diplomate questionne d’ailleurs la stratégie de certains proches collaborateurs de Paul Biya comme Ferninand Ngoh Ngoh, le secrétaire général à la présidence de la République.

Maxime Eko Eko
Le pays de Macron soutient par ailleurs que la meilleure façon de régler le conflit, est le transfert des compétences aux régions notamment dans le cadre de la décentralisation. Les deux réunions avec les sécessionnistes remontent du 14 au 2 juillet 2020. Lors de la rencontre, les deux parties ont posé des préconditions comme un cessez-le-feu, la libération de tous les prisonniers anglophones, la démilitarisation du « NO/SO », une loi d’amnistie et un dialogue avec un médiateur – l’Eglise, en l’occurrence.



La rencontre était menée par le très puissant directeur général de la recherche extérieure Maxime Eko Eko. Certains évoquent aussi par ailleurs, la possibilité que les militaires rentrent dans les casernes et que seules la gendarmerie et la police restent opérationnelles pour le maintien de l’ordre dans le « NO/SO » avait été évoquée. Mais quant à la libération des prisonniers, le camp gouvernemental s’y était opposé, indiquant que certains d’entre eux avaient commis des infractions graves et qu’il était donc hors de question de les délivrer.

Paul Atanga Nji
Les leaders sécessionnistes ont proposé d’en maintenir certains en prison et de relâcher ceux accusés de charges moins graves. Eko Eko a fait valoir que c’était à Paul Biya de trancher la question de l’amnistie. Parmi les leaders sécessionnistes, Penn Terrence avait été choisi pour faire la synthèse de ces propositions envoyées au premier ministre et au président de la République. « Cependant, aucune réponse ne leur a été communiquée depuis. Et pour cause, deux visions s’affrontent dans l’appareil d’Etat. L’une, plutôt ouverte au dialogue, portée par le premier ministre Joseph Dion Ngute, et l’autre, campant sur des positions plus dures, est appuyée par Ferdinand Ngoh Ngoh. Le ministre de l’administration territoriale, Paul Atanga Nji, est sur la même longueur d’onde », écrit le Journal Africa Intelligence.

« Sans officiellement décourager les diverses médiations entamées avec les séparatistes, les « durs » dans l’entourage de Paul Biya ont approché plusieurs militants exilés pour affaiblir le mouvement. C’est le cas de Success Nkongho, réfugié au Nigeria, et de certains autres installés aux Etats-Unis, tels que Yannick Sikod, Nsoh Foncha et Nick Santos. Dernièrement, un autre leader, Capo Daniel, a aussi été contacté alors qu’il se trouve au Japon », conclut Africa Intelligence de ce 15 décembre 2020.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter