Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 04Article 532090

General News of Tuesday, 4 August 2020

Source: www.camerounweb.com

Excès de zèle : un médecin démolit le journal Le Pélican

Dr Aubin Baleba est un médecin camerounais. Il n’a pas supporté un article du journal Le Pélican qui tentaient de faire passer les médecins qui contestaient la suppression de leur prime pour des personnes de « mauvaise foi ». Il profite de l’occasion pour régler ses comptes au journal jugé proche du gouvernement camerounais.


Monsieur le Directeur de Publication,

La médiocrité, sur le plan de la forme et du fond de votre journal ne mérite pas que l’on s’attarde en général sur vos publications. Toutefois, dans votre parution numéro 404 du 29 Juillet 2020 reprise dans l’édition de ce jour, vous avez cru jouer l’intéressant, probablement pour des désirs inavoués en publiant un article intitulé « Arrêt du paiement indû, la mauvaise foi du Collectif des Médecins Indignés », qui a suscité mon courroux et génère cette lettre ouverte que je vous adresse en ce jour.

Monsieur le Directeur de Publication,

J’ai la faiblesse de croire qu’un article journalistique ne diffère pas de beaucoup d’un article scientifique sur le plan notamment de la rigueur méthodologique, le principe étant à minima celui de la « triangulation de l’information ». Je m’arroge par conséquent le droit de critiquer votre article, et par là de remettre en question votre statut de journaliste. En effet, le principe voudrait qu’une information soit triangulée avant d’être publiée, ce qui veut dire, si votre lanterne assez peu brillante ne facilite pas la compréhension, qu’il est de bon ton de consulter toutes les parties prenantes avant de se prononcer sur un sujet donné. Votre article mentionne clairement un rapprochement avec les autorités du Ministère de la Santé publique. Quid des membres du collectif indigné, dont vous précisez clairement qu’ils sont des centaines ?

Des centaines de médecins que vous traitez avec mépris, une condescendance de « gros menteurs » et de « brebis galeuses » dans la suite de votre article, en vous basant sur des documents dont vous vous êtes procurés à une certaine source, et du témoignage du président d’un obscur syndicat de personnel de santé dans lequel ne figure aucun médecin. Une fois de plus permettez-moi de fustiger votre manque de sagesse et le double manque de respect à l’endroit de ces deux nobles professions que sont la médecine et le journalisme.

Ce collectif, permettez-moi de vous le préciser, revendique avant tout justement ce respect…Le respect de la profession médicale qui est en train de perdre du terrain dans ce pays, dans un contexte d’inversion totale des valeurs et de déliquescence généralisée de la morale, mais également le respect des textes en vigueur contrairement à ce que votre lecture clairement erronée de ces mêmes textes vous ont fait croire. Pour votre information, l’article 2 du décret présidentiel du 24 Février 2002 qui instaure les primes allouées aux fonctionnaires du corps de la santé publique précise clairement que ces trois nouvelles primes (technicité, astreinte, santé publique) sont « cumulables avec toutes les autres primes ou indemnités dues aux fonctionnaires de la santé publique ». Nous sommes donc indignés de constater le retrait indû et unilatéral, sans préavis, communication et encore moins consultation préalable de cette prime, au moment même où nous affrontons une pandémie et que dans d’autres pays les émoluments de nos collègues, déjà beaucoup plus conséquents que les nôtres, ont connu des hausses significatives.

Monsieur le Directeur de Publication,

Vous semblez faire croire enfin à l’opinion publique, que cette pétition est en fait une cabale contre l’action de M. le Ministre de la Santé publique, surtout au moment où notre profession vient de bénéficier d’un prolongement de l’âge de départ à la retraite. Si l’on comprend aisément en bon camerounais votre volonté de faire un «appel de balle » au Ministre, probablement pour de futures insertions juteuses pour votre journal, nous tenons à préciser que cette personnalité n’a jamais été citée de près ou de loin dans la pétition ou encore le communiqué de presse que nous avons adressé, et qui parlent clairement de ‘’méprise dans l’interprétation des textes’’. Que vous fassiez un lien entre l’indignation de médecins et le poste du Ministre, dont l’impact positif sur le système de santé est clairement visible de tous depuis son arrivée au sein de ce département ministériel, renforce notre certitude du très peu de considération que vous avez pour notre profession. Un peu d’égards, Mr le DP, pour ceux-là qui souvent affrontent le pire dans leur carrière et vous accompagnent de votre naissance à votre décès, du moins pour la faible proportion d’entre eux qui n’est pas encore allée trouver fortune ailleurs. Pour revenir à cette fameuse prolongation qui corrige une injustice, doit-on corriger une injustice pour la remplacer le lendemain par une autre, pour la volonté d’assainissement des caisses de l’Etat qui bien entendu est compréhensible ?

Monsieur le Directeur de Publication,

Je ne mettrai pas plus de temps sur cette lettre, ayant des occupations plus nobles que celle de remettre en question des revendications justifiées de professionnels courageux qui bravent des obstacles parfois incommensurables pour apporter un peu de sourire aux lèvres des patients. Nous faisons correctement notre job, faites dorénavant correctement le vôtre.

Dr Aubin Baleba, MD, MPH, Médecin indigné

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter