Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 07 05Article 467190

General News of Friday, 5 July 2019

Source: 237online.com

Exécutions extrajudiciaires: des militaires risquent la peine de mort

Ils sont soupçonnés d’avoir exécuté sommairement deux femmes et leurs enfants dans l’Extrême-Nord.

C’est une affaire qui défraie la chronique depuis quelques jours. Après l’ouverture d’une enquête par la hiérarchie militaire suite à la diffusion sur les réseaux sociaux au mois de juillet 2018 de la vidéo d’exécution dans le cadre de la guerre contre Boko Haram , qui a suscité une vague d’indignations à travers le monde , les sept militaires camerounais, soupçonnés d’avoir exécuté sommairement deux femmes et leurs deux enfants seront finalement jugés devant un tribunal militaire pour « assassinat ».

L’annonce a été faite en début de semaine dernière par le ministère de la Défense camerounais. « Sept militaires arrêtés pour soupçons d’exécutions extrajudiciaires à l’Extrême-Nord » de deux femmes et leurs deux enfants ont été « renvoyés devant le tribunal militaire de Yaoundé pour y être jugés conformément à la loi », a affirmé le chargé de communication du ministère de la Défense camerounais, Cyrille Serge Atonfack Guemo. Selon le chargé de communication, la date du procès n’a pas encore été fixée. Les chefs d’accusation retenus, au terme de plusieurs mois d’enquêtes, sont : « coaction d’assassinat, violation de consignes, complicité desdits faits ». « Le Cameroun ne transige pas avec les écarts de comportements relativement au droit de la guerre, au droit humanitaire, et à la protection des personnes et leurs biens », a-t-il assuré. Dans un premier temps, Yaoundé avait réfuté toute implication de militaires camerounais, qualifiant la vidéo de « fake-news » et d’ « horrible trucage ».

Mais le gouvernement s’était par la suite rétracté, annonçant, en août, l’arrestation de sept militaires dans le cadre d’une enquête ouverte après la diffusion de cette vidéo. Ce sont ces militaires qui seront jugés devant le tribunal militaire. L’armée camerounaise est régulièrement dénoncée par des organisations de défense des droits de l’Homme pour des exactions sur les différents fronts où elle est engagée.