Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 18Article 574219

General News of Thursday, 18 February 2021

Source: Actu Cameroun

Exécution du Budget 2021 : le risque de surendettement du Cameroun est élevé

La direction général du Trésor alerte sur les échéances de remboursement des Euros bonds sur la période 2023-2025, tandis que le FMI tire la sonnette d’alarme sur l’urgence de la mise en œuvre des actions idoines qui feront baisser la menace notamment par le refinancement.


Les directeurs du Budget, du Trésor, des Impôts et de la Douane ont présenté le bilan de l’exercice budgétaire 2020, décliné les difficultés, les goulots d’étranglements, avant d’esquisser les perspectives pour l’exercice en cours, à l’occasion de la conférence annuelle des responsables des services centraux et extérieurs du ministère des Finances que présidait vendredi dernier le Minfi, Louis Paul Motaze.

Au cours des échanges qui se sont déroulés par visioconférence, compte tenu du contexte sanitaire marqué par la résurgence du Coronavirus, le ministre des Finances a engagé ses principaux collaborateurs, directeurs généraux des principales administrations directement impliquées dans la réalisation du Budget 2021 et principales pourvoyeuses des ressources, à relever un défi majeur. Celui de la relance d’une économie qui, reconnait Louis Paul Motaze, a connu une situation extrêmement difficile en 2020.

Avec en ligne de mire l’objectif d’atteinte des taux de croissance supérieurs à 3%, le paiement de la dette, le reprofilage de cette dette par le rachat d’une partie de celle-ci. Dans un contexte difficile marqué par la résurgence de la pandémie du Coronavirus et les tensions socio politiques, notamment dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le Septentrion et la région de l’Est.

Contraintes et défis au niveau de la direction du Trésor
Ces défis et contraintes se présentent à deux niveaux : le premier niveau concerne l’exécution du Budget proprement dit et deuxième niveau étant l’atteinte du programme 272.

Sur l’exécution du Budget proprement dit, il s’agira de poursuivre avec les efforts d’optimisation de la gestion de la trésorerie dans le contexte économique, sécuritaire et sanitaire actuels afin de pouvoir toujours financer les actions prioritaires du gouvernement telles que le plan de riposte contre le Covid 19, le renforcement de la décentralisation, entre autres, sans négliger le service de la dette. Pour le compte de l’exercice 2021, la trésorerie continuera à s’exécuter dans un contexte difficile. D’importants défis interpellent de ce fait la direction générale du Trésor, la coopération financière et monétaire, notamment au niveau des recettes non fiscales et des recettes de service.

Sur le Compte unique du Trésor, un séminaire s’est tenu en octobre 2020 à Douala au cours duquel le Minfi a sensibilisé sur la question. Et il y a deux semaines une réunion s’est tenue avec la Béac et les Collectivités territoriales décentralisées, réunion au cours de laquelle on a constaté qu’au niveau de la Béac il y a une plateforme technique qui est cours de préparation. D’ailleurs au niveau de la Béac, tout un budget est préparé pour la mise en place de ce compte unique. Un processus qui, de l’avis du directeur du trésor est irréversible. Le calendrier de la Béac montre que la mise en place de cette plateforme technique sera terminée au mois de juillet 2021.

Avances de trésoreries
Le plus grand défi à relever se trouve dans la clôture des comptes et grâce à la sensibilisation en cours au sein de la direction du Trésor, tout sera fait, rassure-t-on ici, pour la mise’ en place de cette importante réforme. Sur les enjeux de cette réforme, le directeur du trésor rappelle que au 31 août 2020 on avait 958 milliards Fcfa de fonds publics dans les banques commerciales, et si on enlève certains établissements et entreprises publiques on se retrouve autour de 500 milliards Fcfa.

« Et nous pensons, que si ces fonds sont rapatriés et que nous avons une gestion plus optimale de ces ressources, suggère le directeur du trésor, ceci va permettre de réduire énormément les délais de paiement. D’autant que la crainte des correspondants c’est qu’ils ne veulent pas aller au Trésor parce que le Trésor ne paye pas.

Sur les correspondants, la direction du Trésor fait état d’un solde au 31 décembre 2020 de près de 800 milliards Fcfa. Dans le Budget, c’est 20 milliards Fcfa qui ont été prévus. Et nous pensons que les 20 milliards par rapport à un chiffre de 800 milliards même si les correspondants sollicitent seulement 10%, mous serons à 80 milliards. Il s’agit là d’un défi pour la direction du Trésor.

Il y a la problématique des avances de trésorerie qui plombe l’exécution du budget, et il faudra bien identifier les crédits budgétaires sensés les supporter ou procéder à leur rejet en fonction de leur urgence ou de leur pertinence. Toutefois les dépenses sensibles devront être traitées au cas par cas et soumises avant leur exécution à la sanction de la hiérarchie. Il s’agit là d’un grand défi à relever pour l’exercice 2021.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter