Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 09 16Article 618847

Actualités of Thursday, 16 September 2021

Source: Info Matin

Evacuation de Paul Motaze: l'entourage du ministre brise (enfin) le silence

'Il faut attendre encore quelques semaines' 'Il faut attendre encore quelques semaines'

Dune source proche d’un prestigieux hôpital de Genève, lequel accueille l’argentier national depuis le 09 septembre, votre quotidien apprend, également, que son retour au pays est envisagé autour de la première quinzaine du mois d’octobre. Un véritable pied de nez pour ses détracteurs qui n’arrêtent plus de l’annoncer soit pour mort, soit en fuite.

Selon une source médicale helvétique, l’état clinique de Louis Paul Motaze s’est nettement amélioré. Ce qui augure d’une sortie imminente du ministre des Finances (Minfi). Même si très peu d’informations ont filtré de la formation hospitalière de référence, Louis Paul Motaze, 62 ans, réagit positivement.
« Il va mieux. Il faut attendre encore quelques semaines, pour que le danger soit définitivement écarté», souffle un membre de son entourage. Lequel, exprimant son soulagement, soutient que le Minfi a un bon moral.

Rappelons que M. Motaze a été évacué, le mercredi 9 septembre, en Suisse après avoir contracté le Covid-19. Suite à la dégradation de son état de santé, le 4 septembre dernier, le membre du gouvernement est, illico presto, interné au pavillon VIP de l’hôpital central de Yaoundé, et placé sous assistance respiratoire. C’est alors que l’idée d’une évacuation s’impose le 7 septembre.

Reprogrammé, c’est finalement le 9 suivant, autour de 6h30, que l’avion, affrété sur autorisation du président de la République, Paul Biya, quitte Yaoundé pour la Suisse.

À peine évacué, l’état de santé de l’ancien directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps) alimente moult commentaires, plus troublants les uns que les autres. D’une affaire privée, la maladie du grand argentier est devenue une affaire nationale, donnant lieu à des fantasmes. D’aucuns allant jusqu’à annoncer son décès.

A défaut de le précipiter dans la tombe, des mauvaises langues vont même prétendre qu’il a simulé la maladie pour prendre le large. À la manière d’Essimi Menye, sorti du gouvernement le 2 octobre 2015, qui s’était porté malade afin d’échapper à la justice dont il était dans le collimateur.

Motaze n’est pas Essimi. En effet, pourtant attendu au Tribunal criminel spécial (Tes), se souvient-on, le “patient” Essimi Menye, sur qui pèsent des soupçons de détournement de plus de 9′ milliards Fcfa, ne s’y était jamais présenté.

Longtemps resté sous l’étroite surveillance des éléments du Groupement polyvalent d’intervention de gendarmerie nationale (Gpign), l’ex-ministre des Finances avait fini par passer entre les mailles de la justice. Aujourd’hui, il se la coule douce aux États-Unis.

Contrairement au malade imaginaire Essimi Menye, le vrai malade Motaze n’est pas visé par une procédure judiciaire pour sortir définitivement du pays, par le truchement d’une évacuation sanitaire.

Rejoignez notre newsletter!