Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 05Article 606187

Politique of Monday, 5 July 2021

Source: Info Matin N°900

Etoudi : Jean Nkuété accusé d'avoir 'poignardé Paul Biya dans le dos'

Jean Nkuété accusé d'avoir 'poignardé Paul Biya dans le dos' Jean Nkuété accusé d'avoir 'poignardé Paul Biya dans le dos'

N'eut été une fuite providentielle sur les réseaux sociaux, pas grand-monde n'aurait certainement su cette autre entourloupe du secrétaire général du comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC au pouvoir). En fin de semaine dernière, une décision du président national Paul Biya signée depuis le 24 juin et portant mesures à l'endroit de 23 militants, sous le coup de sanctions disciplinaires s'est retrouvé dans l'espace public.

On se souvient que le 09 septembre 2020, au terme d'une session du comité ad hoc présidé par Peter Mafany Musonge, 78 cas d'indiscipline avaient été sanctionnés et 11 cas mis hors de cause pour faits non établis. Le châtiment le plus dur a frappé Franck Hubert Ateba, définitivement exclu des rangs de la formation. Sous le coup d'un blâme le maire de Yaoundé 1er, Jean Marie Abouna, est réhabilité par le président national. Son "casier disciplinaire" devrait, dès lors s'en trouver blanchi. Depuis la parution de la décision de son leader, l'élu n'a de cesse de saluer la gratitude de Paul Biya à son endroit. "J'espère pouvoir, plus qu’avant mériter la confiance de notre grand camarade", se réjouit-il.

Si on peut comprendre que la liste des graciés ne mentionne pas les noms des militants ayant écopé de moins d'un an de suspension d'activités, le mystère demeure sur bien d'autres camarades frappés d'une mise en quarantaine temporaire plus longue. On peut ici citer les cas de Tatiana Biloa épouse Alougou et Patrice Amba Salla (12 mois) ou encore du regretté Andre Tsala Messi (36 mois).
Si d'aucuns pourraient invoquer le pouvoir discrétionnaire du président national dans des actes de grâce, on pourrait à tout le moins s'interroger sur la méthode et les critères ayant présidé au choix des personnnes ayant bénéficié de ce pardon. Sur la base de quoi, quand, comment et pourquoi cette discrimination dans une démarche de pardon et d’apaisement ?

Selon des sources introduites, tôt s'est en effet arrangé à travers des réseaux mafieux du comité central. Lesquels suscitaient des recours gracieux au président national auprès des personnes concernées, et s'arrangeaient à les transmettre à qui de droit. "Les choses se négociaient généralement auprès des conseillers spéciaux du secrétaire général que sont Jean Fabien Mongam et Paul Célestin Ndembiyembe", souffle un bénéficiaire de la grâce de Paul Biya. Et de rappeler que les mêmes caciques sont très souvent à la manœuvre dans les soubresauts qui secouent le RDPC ces dernières années.

Tentative de rétention

La thèse de l'épuration politique est d'autant plus évoquée lorsqu'on apprend MM. Monkam et Ndembiyembe ont fait interdiction aux graciés de faire la moindre publicité sur le sujet. La preuve de la tentative de rétention en est que la décision de clémence du camarade président a mis plus d’une semaine avant de se retrouver sur les réseaux sociaux fortuitement. Le document signé de Paul Biya précise pourtant noir sur blanc que "le secrétaire général du comité central est chargé de l'exécution de la présente décision qui sera enregistrée, publiée selon la procédure d'urgence en frais et en anglais puis insérée au journal l'Action et communiqué partout où besoin sera".


En petit comité, les conseillers spéciaux de M. Nkuete rejettent la responsabilité de cette rétention de l'information à leur hiérarchie. Ils affirment n'avoir fait qu'exécuter un scénario qui leur a été prescrit par le secrétaire général sur fond de règlement de compte. Un homme qui depuis plus de 5 ans met tout en œuvre pour saborder le parti, pousser les militants les plus déterminés dans les bras de l'adversaire lorsqu'il ne complote pas activement dans des messes basses.


Et voilà comment un acte de grandeur de Paul Biya, qui aurait dû inspirer beaucoup de publicité et servir d'exemple de mansuétude a failli être étouffé par ceux-là en charge de traduire en acte concerts, sa politique de cohésion, d'indulgence et de recherche de la paix. On le voit bien, la déstabilisation de RDPC sous Jean Knuete va de mieux en mieux.

Rejoignez notre newsletter!