Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 14Article 548677

General News of Wednesday, 14 October 2020

Source: 237actu.com

Eseka: 'victime de sorcellerie en plein jour', la vie du Maire en danger

TJOCK Sylvain Moïse, maire d'Eseka TJOCK Sylvain Moïse, maire d'Eseka

Elu aux échéances électorales du 9 février 2019, le Maire de la Commune d’Eseka semble plutôt avoir été investi d’un mandat de cauchemars. Quand ce n’est pas un serpent qui lui dit bonjour dans sa douche le matin, c’est l’un des membres d’une clique « fonctionnaires et administratifs » qui lui couvrent d’insultes dans la rue. Dans cette situation, M. TJOCK Sylvain Moïse, premier magistrat de la Commune d’Eseka, se trouve dans l’étroit, dans l’exercice de son mandat.

La Commune d'Eseka est situé dans la Région du Centre, département du Nyong-et-Kelle. Depuis quelques mois, ce n'est pas grande sérénité qui y règne. Autorités administratives et Municipales semblent s'être dressées en chiens et chats. Le Maire TJOCK Sylvain Moïse est de plus en plus poussé à mordre la poussière.

On se souvient encore, le 11 septembre dernier, c’est un gros serpent qui a été retrouvé dans le pot des toilettes de la Chambre du Maire d’Eseka. Heureusement, le reptile avait été extirpé de là et neutralisé sans aucun problème. Toutefois, des langues se sont déliées alléguant que le Maire serait dans le viseur des « mauvaises gens ».


Des déclarations et confidences qui jusque-là semblent n’avoir jamais inquiété le chef de l’exécutif communal d’Eseka. Sauf que, apprend-on, celui est de plus en plus victime d’un gang composé de « certains administratifs et sectoriels » de la localité qui semblent déterminé à saper l’autorité du Maire et saboter son exercice. Dans le récit publié mardi par l’exécutif communal d’Eseka, qui va suivre, c’est le Commandant de Compagnie qui, le mardi 13 octobre, tente à manière de ridiculiser la personne et la personnalité du Maire.

Lisez plutôt

« FAITS GRAVES À PORTER À L'ATTENTION DU PUBLIC

Le Maire d'Eseka de retour dans sa commune après un atelier de travail ce jour à Yaoundé, en voulant raccompagner son Secrétaire Particulier à la maison après un tour à la résidence du Maire, tombe sur des voitures garées des 2 côtés de la chaussée et obstruant le passage d'autres véhicules au niveau du Snack-bar Lib's. Il klaxonne pour qu'un des propriétaires des véhicules vienne déplacer sa voiture pour libérer le passage. L'actuel propriétaire du club (aussi distributeur de Canal+ à Eseka) sort avec un de ses amis, ils constatent la situation et ils vont chercher un des propriétaires de véhicules mal garées, celle-là particulièrement, en la personne du Délégué Départemental des Mines du NEK. Ce dernier sort et constate les faits, remarque que c'est le Maire d'Eseka qui souhaite passer, et dit "Aaah" et rentre dans le snack-bar. Le Maire d'Eseka appelle le propriétaire du club et demande qu'on puisse libérer la chaussée et conseille au propriétaire de trouver d'autres lieux pour que ces clients parquent sans nuire à la circulation...le propriétaire lui propose de manœuvrer entre les voitures pour passer car celui qu'il avait appelé est rentré dans le club et ne souhaite plus sortir. Ce que le Maire refuse de faire de peur d'abîmer sa voiture.

Le Maire descend de sa voiture pour rentrer dans le club après plusieurs requêtes sans suite. À son approche, il entend des personnes à l'intérieur qui suivaient la scène à travers les fenêtres ouvertes: "Attendez! Le voilà lui-même qui arrive. Il entre". Le Maire trouve entre autres assis (dans un groupe d'environ 10 personnes assises hommes et femmes autour d'une table): notamment le délégué des mines du Nek, le Commandant de Compagnie (COCOM) et le Commissaire Territorial, pour ne citer que ceux-là. Il appelle le propriétaire du club et réclame que la musique soit arrêtée et que l'on libère le passage. Le COCOM se lève et dit qu'on ne stoppe pas la musique, soutenu par quelques autres personnes. Le Maire demande si c'est le COCOM qui cautionne de tels agissements, lui sensé faire respecter l'ordre public et la loi? Le COCOM lui demande: "Tu es qui?" Le Maire lui demande si c'est au Maire de la Commune d'Eseka qu'il pose cette question. Le COCOM lui rétorque: "Tu n'es rien et ne peux rien faire, d'ailleurs c'est de la dictature et que rien de ce que tu dis ne sera suivi"... le propriétaire à qui le Maire demanda à nouveau d'arrêter la musique refusant de s'exécuter sous l'impulsion du COCOM et des autres personnes assises dira plutôt que la voie avait été déjà libérée. Le Maire s'en est allé en précisant que lorsqu'il désignera certaines "personnalités publiques" NON GRATA et scellera cette place pour nuisance nocturne, dans sa ville que l'on se souvient de la cause.

À rappeler que ce n'est pas la première fois que le maire à un croche-nez avec le COCOM (cf. La vidéo sur Eneo à la Case Communautaire). Il faut dire ici que certains administratifs et sectoriels se sont organisés en gang pour nuire au Maire à Eseka.

Savent-il que le maire est le premier magistrat de la ville et détient les clés de sa circonscription surtout en ces temps de décentralisation? Qu'a fait le maire actuel pour faire face à une telle haine? Quelle est la suite de cette affaire? Pourquoi certains fonctionnaires, appelés à partir, se comportent en seigneurs de guerre face à un fils de la localité ayant beaucoup sacrifié pour rendre le chez lui à nouveau attractif!?

L'avenir nous dira. Affaire à suivre... »

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter