Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 05 19Article 597697

xxxxxxxxxxx of Wednesday, 19 May 2021

Source: camerounweb.com

Epervier: une mission du CONSUP aux trousses du DG de l'hôtel Mont-Fébé

• Une mission du Contrôle supérieur de l’Etat y a déposé ses valises

• Le Directeur Général est accusé entre autres de détournement de fonds

• L'enquête durera un mois


L’opération Epervier braque depuis quelques jours son regard sur la gestion du célèbre hôtel camerounais « Mont-Fébé ». Et suite aux multiples scandales de gouvernance et de gestion, une mission du Contrôle supérieur de l’Etat y a déposé ses valises pour enquêter pendant un mois: du 21 février 2021 au 21 mars 2021.

Selon le lanceur d’alertes Boris Bertolt qui fait fuiter cette information, le Directeur Général dudit hôtel, Nicolas TCHOBANG est dans ses petits souliers. Il « est accusé de détournement de fonds, livraison fictives, mais également accusé de voler la nourriture de l’hôtel pour ravitailler son domicile en poissons, poulets, viandes, fromages et gambasses » confie Boris Bertlot.

Le DG de l’Hôtel Mont-Fébé de Yaoundé au centre de malversations à hauteur de 113 millions de FCFA

Dans son édition en kiosque le 14 octobre 2020, le journal Le Courrier confiait que le directeur général de l’Hôtel Mont-Fébé de Yaoundé est dans de sales draps.
«Un collectif d’employés de l’hôtel Mont-Fébé de Yaoundé a servi, le 9 octobre 2020 au président du conseil d’administration (PCA), Moïse Mouiché ainsi qu’aux autres administrateurs, un véritable réquisitoire contre la gestion du directeur général de l’établissement, Nicolas Tchobang. Sur près de quatre pages, l’homme est présenté comme un prédateur de recettes, usant et abusant du patrimoine, des fonds du navire amiral de la Société des Grands Hôtels du Cameroun (SGHC) appartenant au portefeuille de la Société Nationale d’Investissement (SNI», précise le journal.

Ce document, lit-on, «étale un management moyenâgeux, pratiqué par un homme à l’éthique morale discutable et dont la seule ambition, depuis 2017, consiste à abuser au maximum des biens sociaux au détriment de l’entité dont il a la charge. Déjà, notent les dénonciateurs, le conseil d’administration l’a reconnu coupable de malversations sur son propre salaire à hauteur de 113.094.876 FCFA toute chose qu’il a reconnu face aux administrateurs».

Parmi les griefs retenus à son encontre, le nettoyage de son linge au pressing aux frais du Mont-Fébé à hauteur de 200.000 FCFA mensuels ou le paiement depuis 2015, toujours aux frais de l’hôtel, de trois agents de sécurité soit 512.000 FCFA.

«Puisant abondamment dans la soute à carburant destinée aux navettes de l’hôtel Mont-Fébé pour son usage personnel, celui qui est par ailleurs accusé de tribalisme et de népotisme s’octroie de confortables frais de mission sans bouger de son bureau. Et, comme véhicule de fonction, le présumé prédateur s’est offert une caisse à 65 millions de FCFA, là où le conseil d’administration l’autorise à acquérir une limousine de 40 millions FCFA maximum. Dans la même veine, il dispose d’un répertoire de fournisseurs fictifs à l’instar des Ets Sanon et Fils, Réel Un Consulting ou encore Africa Consulting, dont le commissaire aux comptes Bienvenu Moussi gérerait en sous-main», énumère l’auteur de l’article.

Pour justifier son article à charge, Le Courrier dit avoir adressé une lettre à M. Tchobang pour l’équilibre des informations. Mais ce dernier n’a pas daigné répondre.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter