Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 08Article 540121

General News of Tuesday, 8 September 2020

Source: hurinews.com

Epervier: le bourreau d'Emmanuel Leubou s'apprête à fuire le Cameroun

Dans la maffia sicilienne, tous les membres se tiennent et la chute d’un maillon est en réalité un sacrifice du gang pour se faire une virginité. De sources bien informées au ministère des Finances à Yaoundé, Hubert Abena, l’un des cerveaux du réseau d’avance de soldes fictives et de pensions de réversion que nous avons dénoncé dans nos précédents écrits est dans de sales draps. Le dossier de ce chef de fait de la cellule informatique de la Direction de la Dépense, du Personnel et des Pensions (DDPP) de la direction du Budget du ministère des Finances est sur la table du Parquet du Tribunal criminel spécial (TCS) et dans les jours à venir, il sera sans doute interpellé pour répondre des faits de malversations financières. Hubert Abena a joué pendant plus de 15 ans un rôle très important dans la mafia des détournements de fonds publics à travers le paiement indu des pensions de reconversion, la perception des faux états de sommes dues (ESD) et des fausses avances de solde et des pensions de réversion, dont les bénéficiaires (des milliers de fonctionnaires véreux) lui versaient des commissions faramineuses qu’il partageait aux membres de son réseau.
En effet, quand le chef de la cellule informatique de la DDPP de l’époque et empêcheur de piller en rond, Emmanuel Leubou, est arrêté le 4 mai 2018, il est remplacé à ce poste par un certain Meleu Ghislain. Mais le Directeur Général du Budget (DGB), Cyrille Edou Alo’o a réhabilité Hubert Abena qui en réalité est le véritable patron de la cellule informatique de la DDPP. Fonction qu’il a occupée pendant 11 ans avant qu’Emmanuel Leubou ne le remplace le 8 janvier 2015, à l’époque où Alamine Ousmane Mey était ministre des Finances. Depuis plus de 2 ans, Emmanuel Leubou, qui a pourtant dénoncé ce réseau mafieux, croupit à la prison centrale de Yaoundé. Son procès dont l’accusée principale est Dame Lefang Celestina Nkeng, suit son cours. Chef des oppositions à la direction du Trésor, Célestina Lefang est la sœur de Sarah Amougou Belinga, avocate générale à la Cour suprême et épouse du tout-puissant patron du groupe de presse pro-Biya l’Anecdote Jean Pierre Amougou Belinga qui, lui, est un ami personnel de l’inamovible ministre de la Justice, Laurent Esso.

D’après nos sources au ministères Finances, c’est le 28 août dernier qu’Hubert Abena a été délogé de son bureau par le ministre des Finances, Louis Paul Motaze et son parrain, le directeur du Budget, Edou Alo’o Cyrille, a été entendu au TCS. Du coup, ce dernier a lâché son filleul qui, en moins de 16 mois, a détourné 2,6 milliards de FCFA pour le compte de la mafia, de sources bien informées. Pour les avoir floué (sans doute dans le partage de l’argent volé), Louis Paul Motaze et Edou Alo’o sont décidés d’en finir avec Hubert Abena. Ces derniers ont d’ailleurs fait rejeter par la présidence de la République sa demande prorogation de 3 ans son départ à la retraite. Abena est pour l’instant au quartier mais son réseau ne l’a cependant pas lâché.

D’après nos informateurs, le commissaire Vincent de Paul Meva’a, homme de main du Délégué Général à la Sûreté Nationale (patron de la police nationale), Martin Mbarga Nguele, s’active en ce moment pour faire partir Hubert Abena du pays. Le commissaire Meva’a et Dame Celestina Lefang aurait rencontré Sarah Amougou Belinga, magistrat hors-échelle depuis le 10 août dernier et épouse de l’homme d’affaire Jean Pierre Amougou Belinga, à cet effet. Du coup, dans ce scandale d’avances de solde fictives et de perception indue des pensions de reversion révélé par nos soins, deux clans s’affrontent : d’un côté, celui du tandem Louis Paul Motaze-Edou Alo’o qui ont mis à contribution le commissaire Eko Eko, patron des services secrets camerounais, la fameuse DGRE et la procureure générale près le TCS, Nicole Ngounou Tchakountio, pour faire payer à Hubert Abena sa trahison, de l’autre, Lefang Celestina qui auprès du commissaire Meva’a et de sa sœur Sarah Amougou, cherche à sauver un de ses partenaires de gang.
En guise de rappel, l’ex-chef de la cellule informatique de la DDPP, Emmanuel Leubou est victime d’avoir levé le voile sur un système de spoliation de la fortune publique au ministère des Finances permettant à des fonctionnaires et des contractuels de bénéficier de faux rappels sur solde ou sur pensions encore appelés au ministère camerounais des Finances états des sommes dues (ESD). C’est un système qui consiste pour certains cadres du ministère des Finances lors du traitement informatique du salaire du personnel de l’Etat à injecter le code des ESD à tort avec un montant quelconque sur la base d’aucun dossier ou d’un faux dossier. L’objectif est d’octroyer de faux rappels à des copains et percevoir 50% de chaque bénéficiaire. Malheureusement, le TCS évite les personnes au centre de la mafia pour s’attaquer aux lampistes. D’après le journal camerounais Kalara du 2 septembre 2020, Emmanuel Leubou a été inculpé le 7 août dernier d’un autre fait de détournement de plus de 320 millions de FCFA par le parquet du TCS en compagnie de 4 autres personnes. Pourtant, les principaux bénéficiaires des soldes consulaires qui sont des militaires circulent librement et Leubou qui n’a jamais traité de ce dossier et a plutôt dénoncé cette mascarade croupit en prison. Affaire à suivre…

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter