Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 16Article 520918

General News of Tuesday, 16 June 2020

Source: www.camerounweb.com

Epervier : le DG de Camwater sera probablement éjecté vendredi


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Selon des informations collectées par la rédaction de CamerounWeb, Camwater tient ce vendredi 19 juin un conseil d’administration extraordinaire au cours duquel il sera décidé le sort du Directeur Général Gervais bolenga. Selon nos sources, l’ensemble des syndicats du secteur demande son départ immédiat.

L'homme est accusé de détruire ses employés

“ Nous sommes les temporaires à CAMWATER dans cette boîte parapublique depuis près de 5ans c'est à dire de septembre 2015 jusqu'au 31 octobre 2019 date à laquelle le Directeur général a décidé de mettre fin à notre contrat temporaire nous promettant par la suite de nous intégrer définitivement dans la boîte. Nous somme au jour d'aujoudhui à 05 mois sans suite .

Plus grave il nous demande de passer par un test qui n'a rien à voir avec le travail ou les taches internes de l'entreprise . Puisque après 4 ans d'expérience il nous demande de composer en histoire géographie . En grammaire en arithmétique en physiques chimie mathématiques comme lors d'un concours externe tout ceci parce qu'il veut justifier son propre recrutement .
CAMWATER est une structure où un seul individu dicte sa loi ici le DG est celui qui fait et défait la loi à son gré. La preuve il a suspendu plusieurs de ses collaborateurs directs à savoir le Directeur financier, le Directeur des ressources humaines . Le directeur régional de douala agglomération .
Il ne manque pas de rappeler qu'il a une grande relation à la présidence de la republique qu'il est au dessus du conseil d'administration .

La preuve il n'a jamais respecté les clauses du Conseil d'administration donc nous les enciens temporaires sommes victimes aujourd'hui. Nous sommes dehors depuis 5 mois en attente de l'intergration . Malheureusement Le DG a décidé autrement . Voilà de quoi nous sommes victimes .

Le Cameroun va très très mal .c'est des situations qui sucitent la révolte . Le projet de ce Mr c'est de recruter ses gens. Nous autres nous n'avons personne .

Il clame haut et fort à qui veut l'entendre qu'il est le privilégié de monsieur ngoh ngoh le SGPR d'où son non respect de sa hiérarchie le président du conseil d'administration ou même le ministre de l'eau et de l'énergie !”

Pourquoi les Dg de la Camwater finissent tous à Kondengui

La réponse se trouve dans le management de la ressource qui est au cœur des ruptures sociopolitiques et même entrepreneuriales.
En ces temps de pluies, la problématique de l’eau revient. D’abord parce que certains quartiers en sont encore privés ou rationnés, ou parce que les équipements sont endommagés. A titre d’exemple, l’axe principal qui relie Nkolmesseng à l’hôtel du plateau est transformé en un lit provisoire d’un cours d’eau spontané.

Dans le même quartier, au courant de la semaine allant du 1er au 7 juin 2020, on a enregistré des interruptions d’eau dans les robinets. Au quartier Essos, c’est devenu une habitude de constater que l’eau a cessé de couler des robinets. Idem dans plusieurs points de la ville de Yaoundé et ailleurs dans le pays.

Là n’est pas seulement le problème. Au cours de l’audience qui met en scène Basile Atan-gana Kouna et Jean William Sollo (et autres), la question du management de la Cameroon water utilities corporation (Camwater) a de nouveau été posée. Ces deux anciens directeurs généraux étaient devant les juges hier, 09 juin 2020 en vue de répondre des actes de mal gouvernance, mais aussi de restitution de 1,265 milliard de fcfa.

Bien plus, Atangana Kouna est parvenu à négocier le remboursement de 2 milliards de fcfa piochés dans les caisses de l’entreprise en charge de la gestion de l’eau au bénéfice du large public au Cameroun. Mais avant eux, d’autres dirigeants dont le management a été audité, a permis de comprendre où se trouve le mal et ce qu’il faut désormais faire pour sortir définitivement le service public de l’eau de l’ornière.

C’est justement le travail qui a été imputé par Paul Biya à l’actuel top management de la Camwater qui, à son tour, est déjà sous les feux nourris des observateurs du fonctionnement des institutions publiques. On va de « révélations en révélations ». Ainsi, qu’ils s’agissent d’Obouh Fegue, de Basile Atangana Kouna, Jean William Sollo, d’Alphonse Ondoua Akoa (qui aura effectué un passage furtif de deux ans à la tête de l’entreprise publique), à Gervais Bolenga, les pressions sociales autour de l’accès à l’oau restent prégnantes. C’est ce que révèle une analyse des périodes de management les unes après les autres.

L’ère Obouh Fegue

Les Camerounais ont effectivement connu la défunte société nationale des eaux du Cameroun, la fameuse Snec dont la qualité jaunâtre de l’eau a contribué à la faire connaître davantage. Il ressort des audiences en jugement (201 4-2015)consacrées à cette ère, que les détournements massifs ont contribué à des pertes colossales à hauteur de plusieurs milliards en pratiquement 27 années (1975-2002) de gouvernance de l’eau.

Dans l’affaire ministère des Finances contre le feu Clément Obouh Fegue (décédé en 2014), Télésphore Ekegue (en fuite) et Jacques Enyegue Nkolo, 1,050 milliard de fcfa a été engouffré. Dans cette procédure, parmi tant d’autres, l’Etat n’a réussi qu’à récupérer 195 millions de francs. 850 millions de fcfa ont par ailleurs disparu dans les comptes du patron de l’époque, avait-t-on appris.

Le très critiqué Atangana Kouna Basile

Le compte rendu des audiences dans les deux affaires qui l’oppose à la Camwater aujourd’hui, révèle des malversations. Dans une première affaire qui a été vidée la semaine dernière, le tribunal reçu la dcmando do restitution de 2 milliards de fcfa. Elle a été faite par celui qui a en outre été ministre de l’eau et de l’énergie (Minee). En complicité avec ses collaborateurs, le rapport d’expertise fait de d’absence des pièces justificatives des cessions d’immobilisation pour 3,565 637784 milliards de fcfa.

Quant aux codétenus, il leur est reproché un total de 2,318 255131 milliards de fcfa de dépenses non justifiées lors des exercices de 2003 et 2004 avant l’arrivée de Basile Atangana Kouna. Il est également question de détournement des avances sur consommation d’un montant de 571,784 483 millions de fcfa. Cette fois sous la gestion de Basile Atangana Kouna et de l’existence d’un écart de 1,010187 645 milliard entre les soldes fournisseurs comptabilisés et les soldes confirmées.

William Sollo sur les pas d’Atangana Kouna

Le successeur de Basile Atangana Kouna est dans plusieurs dossiers dont certains sont déjà en phase de jugement. Pour l’un d’eux, En 2013, Jean William Sollo avait également instruit en urgence la mobilisation d’une entreprise susceptible de fabriquer et de livrer une « unité mobile de fabrication d’eau potable avant la tenue de la Cérémonie de Mekin relative à la construction du barrage.

Dans un second temps, l’ancien directeur général de la Cameroon Water Utilities Corporation (Camwater) s’explique sur sa gestion entre 2012 et 2013. Il aurait facilité la distraction supposée de 116 millions de fcfa à travers l’attribution de quatre marchés qualifiés de fictifs à deux entreprises : les Établissements (Ets) LMS Cameroun et LMS Cameroun Sari. Il est également reproché à M. Sollo de n’avoir pas retenu près de 41 millions de francs versés aux LMS au titre d’avance de démarrage. C’était à l’occasion du paiementfinal des factures des marchés à problème.

Les faits indiquent justement qu’en avril 2012, Paul Biya avait procédé à la pose de la première pierre du barrage hydroélectrique de Mem’vele. La Camwater avait obtenu les instructions d’approvisionner en eau potable les populations de la localité. Sauf que les camions-citernes mobilisés n’avaient pas pu rallier le site de la cérémonie à cause du mauvais état de la route. Camwater avait été critiquée pour cette défaillance.

Adolphe Ondoua Camille ou la gestion éphémère

En 2016 déjà, cet autre directeur général de la Cameroon Water Utilities (Camwater), était sous le coup d’une prétendue suspension qui avait abondamment circulé. C’est seulement en septembre 2017 que l’éviction d’Adolphe Roger Ondoua Akoa est intervenue. En effet, une session extraordinaire du Conseil d’administration a été convoquée et le Dg a fini par être suspendu avec le directeur administratif et financier (DAF), Jean Dieudonné Mah et celui du patrimoine, Marc Essomba Bomba, officiellement pour «distraction de fonds publics».

Gervais Bolenga, le nouveau management S’il est vrai que rien n’est encore techniquement retenu contre l’actuel directeur général de la Camwater, l’on retient de son magistère qui a débuté il y a trois ans, que des problèmes de quantification de l’eau ont été identifiés. Dès sa prise de service, le nouveau manager a procédé au recrutement de nouveaux releveurs d’indices, au réaménagement des canaux de distribution d’eau potable aussi bien à Yaoundé qu’à Douala et dans d’autres zones du pays.

Une situation qui a créé des ruptures d’eau préalablement annoncées. Sauf que la toile a rendu compte du fameux scandale (dénoncé par Camwater) autour du recrutement de certains personnels. Ils ont été recrutés longtemps avant sa nomination. Bien plus, le Dg est accusé d’une gestion opaque des affaires de l’entreprise publique

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter