Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 19Article 590803

General News of Monday, 19 April 2021

Source: Emergence N°1902

Epervier : la traque aux fossoyeurs des fonds publics continue

Voici quelques dossiers chauds qui ont atterri sur la table des juges. Les députés à l’Assemblée nationale ont appelé les pouvoirs publics à intensifier la lutte dans un contexte fortement dominé par des soupçons de détournements de deniers publics dans la gestion de la pandémie à Coronavirus.

Depuis le début de l’année 2021, le tribunal criminel spécial (Tcs) s’est enrichi de nouvelles affaires dont les montants des détournements de deniers publics (DBP) sont égaux ou supérieurs à 50 millions de fcfa conformément au texte portant création de la juridiction spéciale. Dans la foulée, les dossiers classiques comme ceux de Nguini Effa, Solo William, Atangana Kouna, et autres Zambo Amougou continuent. Ce sont une vingtaine d’affaires qui ont nouvellement intégré le rôle des audiences du Tcs. Toutefois, au regard de l’actualité récente, la juridiction spéciale pourrait également recevoir d’autres dossiers relatifs, cette fois, aux malversations financières détectées dans le cadre de la gestion des fonds Covid-19 de l’ordre 180 milliards de fcfa. Le chef de l’Etat a justement demandé de voir clair dans l'affaire. On observe depuis lors, une bataille pour le contrôle ou de la maîtrise de l’audit desdits fonds car, comme on le sait, celui contrôle l'audit, maîtrise les conclusions. Celle-ci divise par ailleurs le secrétariat général à la présidence de la République et les services du Premier ministre. Le ministère de la santé publique (Minsanté) comme bon nombre de départements ministériels est également abondamment cité dans ce qui pourrait devenir le scandale de l’année. En outre, au terme de la session parlementaire du mois de mars 2021, les députés à l’Assemblée nationale ont demandé l’intensification de l’opération « Epervier » qui a déjà fait tomber de grosses légumes du régime de Yaoundé. Bien que qualifiée d’opération à tête chercheuse, les dernières évolutions s’annoncent difficiles pour plusieurs gestionnaires de l’argent public. En attendant d’avoir plus d’informations sur les prochaines victimes du Tcs, voici les affaires qui font l’actualité et qui présentent les faits de DBP

Affaire Minfi/Mintp contre Bindzi Ebodé François et 14 autres

Ouvert en fin 2020, le dossier relatif à la construction de l’autoroute Yaoundé-Douala a fait tomber 15 personnes soupçonnées de coaction de détournement de biens publics, complicité de coaction de DBP et tentative de DBP estimé à près de 222 millions de fcfa. Le maire François Bindzi Ebodé et le sous-préfet de Lobo sont entre autres dans la nasse de la juridiction spéciale pour avoir pioché dans les indemnisations et pour avoir, entre autres faciliter, le planting des pousses de cacao qui ont ensuite été pris en compte. C’est une lettre de revendication des riverains en 2012 qui déclenche la procédure qui a finalement abouti à un procès

Sodecoton contre Ojong Pascal et Cie

C’est le paiement par chèque de de 105 millions de fcfa qui explique et justifie le procès qui oppose la société de développement du coton (Sodecoton) à Ojong Pascal (en fuite) et cinq autres accusés. Les faits ont été commis courant 2014-2015. L’acte d’accusation leur a déjà été notifié au mois de février dernier. Les accusés sont accusés de détournement de biens publics et complicité.

Minfi contre Emmanuel Leubou (2)

Une autre ère s’ouvre dans un procès qui oppose le ministre des finances à l’ancien patron de la cellule informatique de ce département ministériel soupçonné de DBP avec cinq autres accusés. Emmanuel Leubou et autres doivent répondre des faits de détournement de deniers publics (DBP), de coaction et complicité de DBP. Ici, on parle de 320 millions de fcfa alors qu’un premier dossier lui impute le détournement de 5,5 milliards de fcfa.


Campost contre Mvogo Etoundi Jules et deux autres


C’est le troisième procès contre cet ancien sous-directeur à la Cameroon postal service (Campost). Après avoir été condamné à 10 ans de prison en 2015, Mvogo Etoundi Julesi est accusé par son exemployeur d’avoir détourné 497 millions de fcfa. Anciennement chargé de coordonner les activités des différents services, de la supervision du Centre financier national (Cfn), une structure interne à l’entité chargée de convoyer les chèques postaux, répond de sa gestion courant 1er janvier 2012 au 22 avril 2013. Les deux autres accusés sont en fuite.

Affaire Matgénie contre Niwa Long Othon

Niwa Long Othon et son ancien directeur administratif sont devant le Tcs pour un supposé détournement de la somme de 1,37 milliard de francs. Les faits remontent à la période 2013 et 2017, lorsque le premier était directeur général (DG) du Parc national de matériel de génie civil (Matgenie) et le second directeur administratif et financier (DAF), M. Zambo Simon Crépin (poursuivi pour coaction de DBP). Le procès public a débuté le 8 février 2021. Il est reproché aux accusés d’avoir payé les arriérés de salaires et divers droits sociaux du personnel avec l’argent issu de la quotepart de l’Etat au contrat-plan, alors que le «Matgenie continuait de mener des activités génératrices de revenus»


Minfi contre Etoungou Roger Désiré et six autres

C’est un peu plus d’un milliard de fcfa qui divise le Minfi et l’ex-cadre du ministère des relations extérieures, Etoungou Roer Désiré et cinq autres, accusés des faits de coaction de faux et usage de faux en écritures publiques et authentiques, importations sans déclaration et DBP. C’est un rapport d’enquête judiciaire daté du 17 janvier 2019 qui fait état de ce que l’affaire remonte à juin 2017, après la découverte des marchandises dans un container supposé receler les effets personnels de déménagement d’un diplomate français, qui est au départ de cette affaire. Finalement, les produits frauduleux ont été saisis à Douala.

Minfi contre Hamidou et Abdouraman Goni

Dans le cadre de cette affaire, sieurs Haminou et Abdouraman Goni sont poursuivis pour les infractions de détournement de biens publics, complicité, faux et usage de faux. C’est la somme de 132 millions de fcfa qui est mise en cause dans le cadre de la commercialisation des motos sur fausses quittances. Le procès a été ouvert en début d’année 2020. Les deux accusés sont en détention provisoire depuis le 18 avril 2019.


Affaire PAD contre Pierre Yanga

Pierre Yanga, caissier en service à la caisse pilote du Port autonome de Douala (PAD), est au Tcs pour le détournement présumé d’un peu plus de 80 millions de fcfa courant janvier-juillet 2018. Le PAD soutient que l’accusé s’arrangeait à fermer brutalement les caisses pour que tout ce qu’il encaisse des usagers par la suite prenne une autre destination que celle des caisses du Pad. Et ce, pendant plusieurs années. L’affaire ouverte en 2020 suit encore son cours.

Mindcaf contre Me Owona Ndigui

Ce sont 359 millions de fcfa qui entraînent le notaire Me Owona Ndigui Jean Daniel au Tcs qui aurait dû être rendus dans la cadre des procédures notariales non achevées. Aujourd’hui, l’accusé se dit prêt à rembourser. Les montants querellés avaient été mentionnés sur «les notes de frais», un document que le notaire remet à un usager retraçant les différents frais à supporter pour l’authentification d’une transaction. Une partie des fonds au centre du procès était destinée au ministère des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières (Mindcaf), l’autre au service des impôts de Kribi en rapport avec les transactions immobilières opérées par 243 clients entre 2009 et 2017. Depuis trois ans, Me Owona Ndigui, notaire basé à Ebolowa, est écroué à la prison centrale de Yaoundé. Il est jugé pour de supposés manquements décelés dans sa gestion comme intérimaire à la charge notariale de Kribi entre 2009 et 2017.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter