Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 16Article 549421

General News of Friday, 16 October 2020

Source: Cameroon Info

Epervier: Gaston Eloundou Essomba devant le juge pour une affaire de 162 millions

Un prestataire de service de la SCDP, la Société Camerounaise des Dépôts Pétroliers, accuse l’actuel ministre de l’Eau et de l’Energie d’avoir refusé de faire payer ses prestations à l’époque où il était directeur général de l’entreprise publique.

Gaston Eloundou Essomba était attendu devant du Tribunal de Première Instance (TPI) de Yaoundé centre administratif le 8 octobre 2020. Mais le ministre de l’Eau et de l’Energie (MINEE), a une fois de plus brillé par son absence à l’audience où devait aussi se présenter un représentant de la SCDP (Société Camerounaise des Dépôts Pétroliers).

Dans son édition en kiosque le 13 octobre 2020, l’hebdomadaire Kalara renseigne qu’il s’agit d’une procédure de rétention sans droit de la chose d’autrui engagée par M. Andela Sylvestre, directeur général de la société ASE Trade Consulting Sari.

«Ce chef d’entreprise, qui est actuellement détenu à la prison centrale de Yaoundé pour les faits de détournement des derniers publics, poursuit M, Eloundou Essomba Gaston, ancien directeur général de la SCDP, ainsi que M. Owono Guy Fridolin, directeur administratif et financier, et M. Djou Abega Etienne Hippolyte, chef service des affaires juridiques et du contentieux dans la même entreprise à l’époque des faits. Seuls les deux derniers mis en cause, ont répondu à la convocation du tribunal», lit-on.

Notre confrère, après avoir lu l’acte d’accusation, précise que «suite à un contrat signé le 15 octobre 2008, la Société Camerounaise des Dépôts Pétroliers SA. avait confié à l’entreprise ASE Trade consulting Sari appartenant à M. Andela Sylvestre, la charge de l’exécution d’un marché public relatif à la fourniture des matériels et équipements de sécurité incendie pour le projet de Nsam à Yaoundé. En contrepartie de l’exécution de ses prestations contractuelles, la SCDP s’engageait à payer la somme de 491.644.833 millions de FCFA, toutes taxes comprises, à la société de M. Andela. Le 27 avril 2009, alors que te marché était en cours d’exécution, lit-on dans la plainte, le coût du marché a été revu à la hausse. La société ASE Trade & Consulting Sari devait percevoir désormais la somme de 567.448.582 millions de FCFA au lieu des 491.644.833 millions de FCFA, initialement arrêtés. Du fait de l’exécution partielle et échelonnée dudit contrat, la SCDP a versé la somme de 404.587.747 millions de FCFA à M. Andela Sylvestre représentant les avances de ses prestations».

Les choses vont changer en 2009, avec l’arrivée de M. Eloundou Essomba Gaston à la tête de la SCDP et de ses collaborateurs M. Owono Guy Fridolin et M. Djou Abega Etienne. M. Andela explique que depuis 2016, les responsables de l’entreprise d’Etat, bien qu’ayant réceptionné et mis en service le matériel objet dudit marché, vont refuser de verser à la société ASE Trade Consulting le reliquat estimé à la somme totale de 162.060.825 millions de FCFA et ce, en dépit de moult réclamations du prestataire.

«Pourtant, soutient M. Andela dans son acte d’accusation, leur contrat stipulait que tous les paiements devraient être faits au plus tard à la fin des prestations exécutées par son entreprise. Faute d’avoir honoré à leurs engagements, M. Eloundou Essomba Gaston, M. Owono Guy Fridolin et M. Djou Abega Etienne sont poursuivis pour tes faits de rétention sans droit de la chose d’autrui devant le TPI de Yaoundé centre administratif», fait savoir le journal.

La prochaine audience est prévue le 12 novembre 2020. Pour mémoire, Silvestre Andela, patron de l’entreprise ASE Trade & Consulting, est incarcéré à la prison centrale de Yaoundé depuis 2015. Il est accusé d’un détournement présumé de la somme de 70 millions de FCFA relatif au non reversement de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) se rapportant à un marché gagné à la SCDP, pour la fourniture d’équipements incendies. En juillet 2017, il a été reconnu coupable devant le Tribunal Criminel Spécial (TCS) et condamné à 15 ans de prison. L’affaire est pendante à la Cour suprême.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter