Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 27Article 569518

General News of Wednesday, 27 January 2021

Source: L'Anecdote n°1155

Epervier-Evacuations sanitaires : entre fugitifs et malades imaginaires

Prétextant un état de santé précaire, certains détenus incarcérés dans le cadre de la lutte contre les détournements de deniers publics et la corruption se sont évanouis dans la nature après avoir bénéficié d’une autorisation de sortie du pays. Au moment où le débat enfle sur l’état d’un prestigieux détenu, questions autour des départs de certains prisonniers de luxe.

DEPUIS des semaines, le débat autour de l’état de santé d’un prestigieux détenu, le Pr. Gervais Mendo Ze le bien nommé, enfle sur la toile et suscite des prises de positions pour le moins étonnantes et curieuses. Pour certains, si des dignitaires du régime, emprisonnés dans le cadre de l’opération Epervier, ont bénéficié des largesses des autorités pour des raisons sanitaires à l’étranger, pourquoi n’en serait-il pas de même pour lui ? Mais, en réalité, c’est que chat échaudé craint l’eau froide. La mansuétude et la magnanimité présidentielles ont été prises à défaut depuis des années déjà. Du coup, il devient difficile pour le chef de l’Etat d’accéder aux caprices de malades imaginaires ou de quelques-uns qui ont choisi d’élire domicile dans les formations hospitalières.

En fait, la trajectoire des fugitifs est la même depuis des années. Dans le cadre de plusieurs affaires, d’anciens pontes du régime ont quitté le pays sur la pointe des pieds, ou usé de subterfuges pour s’esquiver de la justice. Du coup, certains, au motif des mêmes raisons, excipent leur état de santé supposé ou réel, afin de bénéficier de la mansuétude présidentielle.

Ces cas qui font désormais jurisprudence dans nombre de pénitenciers, surtout à Kondengui, risquent de connaître un embonpoint du fait de l’extrême générosité du chef de l’Etat et de la pauvreté du .plateau technique des hôpitaux camerounais. Certains seraient à coups sûrs couchés dans les hôpitaux des villes du pays si le système de santé avait amélioré la qualité des équipements et des infrastructures de soins et d’accueil. Malheureusement, il est difficile de leur opposer quoique ce soit si leur santé venait à péricliter.

Dans le lot des personnes ayant bénéficié des grâces et des largesses du chef de l’Etat, l’on peut citer l’ancien ministre des Finances, Essimi Menye qui, le 1er décembre 2015, à la suite d’un long rodéo, a pris la poudre d’escampette pour les Etats-Unis après qu’il a obtenu in extremis, une autorisation d’aller se soigner hors du Cameroun. L’homme longtemps hospitalisé sous bonne garde à l’hôpital de la CNPS, mis sur la touche quelques semaines plus tôt à la suite d’un réaménagement gouvernemental intervenu le 2 octobre 2015, montrera des signes d’une forme olympique une fois sur le sol américain.

Depuis la ville de Springfield en Virginie aux Etats-Unis, Essimi Menye, coule des jours heureux en dépit des condamnations de la justice camerounaise. La dernière en date, prononcée en mars 2020, porte sur une affaire de détournement de 9,1 milliards de Fcfa qui a vu ce dernier frappé de la peine capitale.

Pour l’ancien Premier ministre Inoni Ephraim, arrêté en 2012 pour des malversations dans le cadre de. l’affaire Camair, il a été évacué, à 72 ans pour des raisons sanitaires en France. Jeune Afrique révélera par la suite qu’il vit à Paris en toute liberté dans le 16e arrondissement de Paris. Parti après s’être grave-menf brûlé à la suite de l’émeute qui a failli lui coûter la vie à la prison de Kondengui, Chief Inoni Ephraim semble avoir bénéficié d’un acte salvateur. Du coup, son retour dans le pénitencier qui l’abritait il y a peu semble hypothétique.

Ecroué à la prison centrale de Yaoundé depuis 10 ans pour détournement de deniers publics en coaction de la somme de près de 17 milliards de Fcfa dans le cadre de l’Opération épervier, Yves Michel Fotso, a lui aussi bénéficié d’une autorisation spéciale pour sortir du pays dans la nuit du 18 au 19 août 2019, afin de se soigner dans un hôpital marocain à Casablanca. Si l’ancien Dg de la Camair se remet progressivement, il est peu sûr qu’il rentre au Cameroun et en prison.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter