Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 27Article 569563

General News of Wednesday, 27 January 2021

Source: Cameroon Info

Enseignement supérieur: grève des enseignants à double vitesse dans les universités

Le mot d’ordre de suspension d’activités dans les amphithéâtres lancé par le Syndicat National des Enseignants du Supérieur est suivi dans certains campus et pas dans d’autres.

Depuis le lundi 25 janvier 2021, les enseignants des universités camerounaises, réunis sous la bannière du Syndicat National des Enseignants du Supérieur (SYNES), ont entrepris d’observer un débrayage de leurs activités, pour exiger une amélioration de leurs conditions de travail. Le mot d’ordre de grève lancé à l’occasion est suivi dans certaines universités et pas dans d’autres.

C’est le cas au campus de l'Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales (ESSEC) de l’Université de Douala, où les étudiants se tournent les pouces depuis lundi dernier, faute d’enseignements, rapporte le quotidien Le Jour de mercredi 27 janvier 2021. C’est également le cas à l'Ecole Normale Supérieure de l'Enseignement Technique (ENSET).

Sur le campus de l’Université de Yaoundé I, on assiste à une grève en demi-teinte. Le mot d’ordre est suivi dans certaines facultés, à l’instar de la Faculté des arts, des lettres et des sciences humaines, et pas dans d’autres, notamment à la Faculté des sciences de l’éducation.

«C’est une faculté nouvelle. Elle n’a pas encore la structuration qu’il faut. Nous n’avons pas encore de délégués de ce côté», explique le Dr Fridolin Nké, secrétaire général du SYNES, section de la Faculté des arts, des lettres et sciences humaines, dans les colonnes de Le Jour.

A l’Univesité de Ngaoundéré (Adamaoua), le mot d’ordre n’a pas été suivi. Le journal de Haman Mana rapporte que là-bas, les enseignants ont la tête à préparer les examens de fin du premier semestre. Il va sans dire que le mot d’ordre de grève du SYNES n’a pas fait l’unanimité.

Ce syndicat déplore en effet le non-respect de l'application des textes en vigueur et de l'engagement pris par le ministre de l'Enseignement Supérieur au sujet de la gestion du fonds spécial d’appui à la modernisation de la recherche universitaire mis en place en 2009; la dégradation générale des conditions de travail et le non-paiement, par certains chefs d'établissement, des différentes prestations académiques dues aux enseignants. Il s’agit des heures complémentaires, la participation au jury de master et de thèses, ou encore la surveillance des examens de rattrapage.

LE SYNES a préalablement exigé le paiement sans délai de la prime spéciale à la modernisation au titre du quatrième trimestre 2020. Le ministère de l’Enseignement Supérieur a favorablement accédé à cette requête et procède depuis le 22 janvier 2021 au paiement de ladite prime. Pour autant, le syndicat ne plie pas l’échine, et compte mener sa grève jusqu’au 30 janvier 2021.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter