Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 03 07Article 577903

Actualités of Sunday, 7 March 2021

Source: actucameroun.com

Enseignement des discours de Biya : la colère du MRC

Le MRC répond au gouverneur de la région du Sud Le MRC répond au gouverneur de la région du Sud

Le parti de Maurice Kamto a en effet pondu un communiqué ce samedi 06 février 2021, pour déplorer l’attitude du gouverneur de la région du Sud qui demande à madame la déléguée régionale des enseignements secondaires du Sud d’évaluer les élèves sur le message de Paul Biya à la jeunesse le 10 février 2021.

Au Cameroun, le gouverneur de la région du Sud, Félix Nguelé Nguelé, souhaite imposer la critique du discours de Paul Biya, du 10 février 2021 aux élèves pendant les examens. En effet, le 1er mars 2021, l’autorité administrative a adressé une lettre à Marie Abe, la déléguée régionale des Enseignements secondaires, pour le besoin de la cause.

« J’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir prescrire aux chefs d’établissements secondaires, l’évaluation des élèves sur le contenu du message qui leur a été adressé à cette occasion », a écrit ce dernier dans sa correspondance. Félix Nguelé Nguelé, ne comprends pas pourquoi les jeunes ne s’intéressent pas à la chose politique. Le Mouvement pour la renaissance du Cameroun condamne une telle sortie.

Actu Cameroun vous présente ici, le communiqué du parti de Kamto à cet effet:
Communiqué du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) relatif à la lettre du 1er mars 2021 du gouverneur de la région du sud à madame le délégué régional des enseignements secondaires du sud.

Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) a, en date du 1er mars 2021, pris connaissance, à travers les réseaux sociaux, d’une lettre de Monsieur le Gouverneur de la Région du Sud constatant « le désintéressement des jeunes relativement au discours du Chef de l’Etat le 10 février 2021 » et demandant à Mme le Délégué régional des Enseignements Secondaires pour le Sud de « prescrire aux chefs d’établissements secondaires, l’évaluation des élèves sur le contenu du message qui leur a été adressé à cette occasion ».

Le constat de la désaffection de la jeunesse par rapport à un discours vain, et soporifique à force d’être répétitif d’année en année, est fait par la plus haute autorité administrative de la Région. Ce n’est donc pas le fait d’un « opposant » aigri, mal intentionné qui voudrait déstabiliser le Cameroun. Un tel constat n’est pas valable seulement pour les jeunes de la Région du Sud, auxquels on ne propose qu’un repli ethnique de mauvais aloi. C’est la jeunesse camerounaise dans son ensemble qui n’en peut plus et ne veut plus d’un régime sans inspiration, qui n’apporte pas de réponses concrètes et efficaces à ses problèmes, et ne lui ouvre pas de perspectives d’avenir.

Mais au lieu de chercher la raison du désintérêt des jeunes, on préfère recourir à la vielle recette des régimes autoritaires qui consiste en l’endoctrinement forcé des jeunes et une propagande bien dérisoire, en cette époque d’ouverture de la jeunesse au monde.

Le MRC regrette l’excès de zèle du Gouverneur qui s’attribue une compétence qui n’est pas la sienne, et rappelle que :

– les autorités administratives ne doivent pas influencer le contenu des enseignements ou des échanges entre enseignants et apprenants qui sont encadrés par la déontologie professionnelle ; ces autorités ont encore moins le droit de prescrire des évaluations ou, pire encore, d’imposer le sujet d’une évaluation scolaire ou académique ;

– les programmes d’études dans les lycées et collèges sont régis par des textes officiels, notamment la loi N°98/004 du 14 avril 1998 portant Orientation de l’Education au Cameroun ;

– les apprenants ne peuvent être soumis à une évaluation que dans un processus pédagogique qui tient compte des enseignements qui leur ont été effectivement délivrés.

Yaoundé le 06 Mars 2021

Le Secrétaire national à l’Éducation de Base et secondaire, à l’Éducation civique et à l’Hygiène publique.

Al Imam Mohaman Saïne

Rejoignez notre newsletter!