Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 08Article 547396

General News of Thursday, 8 October 2020

Source: investiraucameroun.com

Enquête : le Cameroun boque des tonnes de riz à destination du Nigéria

Dans le cadre d’une mission d’enquête diligentée par le directeur général des douanes, à la demande du ministre camerounais du Commerce, une cargaison de 182 sacs de riz vient d’être saisie dans la localité de Djalingo, dans la région du Nord du pays, apprend-on officiellement.

Selon la douane camerounaise, cette saisie s’est effectuée dans le cadre de la lutte contre l’exportation et la réexportation frauduleuse du riz local où alors destiné au marché local, vers le Nigeria. En effet, selon les officiels, une bonne partie de la production de la Semry (Société d’expansion et de modernisation de la riziculture de Yagoua) est généralement siphonnée par le Nigeria.

Mieux, du fait de la surtaxation du riz importé au Nigeria depuis quelques années, dans l’optique d’encourager la production locale, le Cameroun, où le riz a été détaxé de 2008 à 2016, sert souvent de territoire de transit au riz importé destiné au Nigeria.

Cette pratique transparaît dans le rapport de l’Institut national de la statistique (INS) sur le commerce extérieur du Cameroun en 2019. Selon l’INS, les quantités de riz importées par le pays sont passées de 561?112 tonnes en 2018 à 894?486 tonnes pour l’année 2019, soit une hausse de 59,4%.

«?Au regard du dynamisme de la production locale, il y a lieu de soupçonner que ce surcroît d’importation de riz est réexporté vers les pays voisins, notamment le Nigeria, en raison de l’importance de son marché intérieur?», souligne l’institut.

La Seaport Terminal Operators Association of Nigeria (STOAN), le regroupement des opérateurs des places portuaires du Nigeria, se veut plus catégorique. Dans un rapport de 2014, cette organisation corporatiste révèle qu’«?environ 600?000 tonnes de riz ont été redirigées vers les ports de pays voisins comme le Bénin, le Cameroun, le Ghana et le Togo (…), à cause de cette taxe (taxe de 110% sur le riz importé, NDLR)?».

À en croire la STOAN, selon un mode opératoire bien huilé, ces cargaisons sont ensuite réexportées vers le pays le plus peuplé d’Afrique, grâce à la contrebande.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter