Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 05 11Article 596593

Actualités of Tuesday, 11 May 2021

Source: L'Anecdote n°1179

Emplois fictifs au Cameroun : la gangrène persiste

Emplois fictifs au Cameroun, la gangrène persiste Emplois fictifs au Cameroun, la gangrène persiste

Les entreprises publiques camerounaises font face à des emplois et salaires fictifs depuis de nombreuses années. L’ampleur du phénomène va grandissante, tant dans les secteurs publics que privés. Une situation qui n’est pas sans affecter les projets de l’Etat. C’est le cas du barrage hydroélectrique de Nachtigal où le constructeur a récemment licencié sa directrice des ressources humaines, au motif d’entretenir 600 emplois fictifs. Un audit commandé par le directeur général l’accuse d’avoir couvert pendant des mois des fiches de paie irrégulières.

Dans cette lutte acharnée contre les agents fictifs, un réseau de salaires fictifs avait été démantelé dans plusieurs administrations de la fonction publique camerounaise. Certains fonctionnaires percevaient indûment des salaires fictifs et fantaisistes. Car, dans le cadre de l’opération de comptage physique des personnels de l’Etat (Coppe) lancé par le Minfi en avril 2018, une enquête menée avait permis de recencer 14 134 fonctionnaires fictifs. Cette opération a permis à la fonction publique camerounaise d’identifier et d’expurger du fichier solde de l’Etat, des agents publics y émargeant irrégulièrement, du fait d’une absence non justifiée, d’une démission ou d’un décès non déclaré.

Au-delà de Nachtigal et de l’Etat, les emplois fictifs gonflent les masses salariales au profit de certaines personnes véreuses. «Il est devenu fréquent de retrouver dans des administrations publiques, parapubliques et même privées des formes de malversations qui affectent le solde budgétaire de l’Etat. L’on évoque des fonctionnaires fantômes qui émargent dans les caisses de l’Etat sans être en service nulle part ou qui se font recruter dans la fonction publique tout en étant installés et salariés à l’étranger», indique un fonctionnaire à la retraite.

Et de poursuivre : «Le problème est tout autre ailleurs : l’Etat et les employeurs du secteur privé ne maîtrisent pas les vrais effectifs de leurs employés malgré les recensements réguliers». Par conséquent, le trésor public enregistre un manque à gagner immense. Le ministère des Finances a d’ailleurs affirmé avoir retiré du fichier solde de l’Etat du Cameroun, plus de 10 000 agents publics fictifs pour une économie budgétaire annuelle d’environ 30 milliards de Fcfa.

Rejoignez notre newsletter!