Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 06Article 525391

General News of Monday, 6 July 2020

Source: Actu Cameroun

Emploi: le plan de grande envergure de Paul Biya


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Avec l’appui des bailleurs de fonds et l’accompagnement des communes, le gouvernement mise sur les approches à Haute intensité de main d’oeuvre (HIMO) pour réduire le taux de chômage d’ici 2025.

La pauvreté, le chômage et le sous-emploi des jeunes sont ambiants au Cameroun. D’ailleurs, avec la survenue du COVID19, la situation s’est davantage détériorée. Le contexte actuel est tel que nombreux parmi ceux qui avaient un emploi décent hier, gonflent aujourd’hui l’effectif des chômeurs initialement préoccupant.

Du coup, certains des ménages qui avaient trouvé un précaire équilibre dans la pauvreté, cherchent désormais leurs repères dans l’extrême pauvreté. Cependant, si la situation n’est pas reluisante, elle n’est guère irréversible. Dans ce sens, les autorités mettent en oeuvre des mécanismes pour inverser la tendance. Au rang de ceux-ci se trouve le Programme national intégré d’aménagement des Collectivités territoriales décentralisées par approches HIMO (Pactd HIMO).



Le Pactd HIMO est un ensemble d’actions intégrées dont la réalisation implique de manière intensive les ressources locales (main d’oeuvre, matériaux, expertise, PME, etc.) et contribue à l’amélioration significative du quotidien des Camerounais. En effet, les approches à Haute intensité de main d’œuvre (HIMO) sont une alternative à la technologie à Haute intensité d’équipement (HIEQ).



Elles combinent de façon optimale l’équipement léger, la main d’œuvre intense et les matériaux locaux pour la réalisation des projets de développement. Elles ont la caractéristique de favoriser la création d’emplois et la réduction des coûts de réalisation des projets. Elles permettent aussi une meilleure distribution des revenus aux populations locales, le transfert des compétences aux communautés locales et la réalisation des économies et des devises.

Dans un contexte de renforcement de la décentralisation, les collectivités territoriales (CTD), de par leur fonction de maîtrise d’ouvrage locale, sont appelées à promouvoir les techniques HIMO au sein de leur territoire. C’est que, les CTD non seulement connaissent les désidératas des populations à la base, mais également maîtrisent la localisation des ressources naturelles locales pouvant constituer d’intrants à la réalisation des infrastructures.

Les CTD se positionnent comme des partenaires privilégiés pour l’assainissement des villes, le développement des infrastructures socio-économiques ainsi que la lutte contre le chômage. A l’effet de s’assurer de la prise en compte des avis des dirigeants locaux concernés au premier chef, un atelier de validation du Pactd HIMO a été organisé à leur intention le 1er juillet 2020 à Yaoundé par le ministère de ÎEconomie, de la Planification et de l’aménagement du territoire (Minepat). Ce mode de collaboration avec les CTD, gage de l’utilisation accrue des ressources humaines et naturelles locales, facilite la transmission du savoir-faire et une meilleure collecte des données de référence.

C’est au cours de cet atelier que le Minepat, Alamine Ôusmane Mey a laissé entendre : « Lapproche HIMO devrait participer à la création massive de 100 000 emplois décents en cinq ans. Elle permettra également d’offrir des facilités d’insertion socio-économique aux jeunes. Des opportunités économiques sont attendues par les populations locales, les PME et les très petites entreprises locales. Outre la valorisation de nos matériaux locaux, une telle approche permet de réaliser une transformation économique réelle et une amélioration de nos agrégats de commerce extérieur en réduisant les importations. »

Dans le détail, le Pactd HIMO vise la construction des infrastructures de base tels que des routes en pavés de béton ou de pierres, bâtiments et équipements collectifs en matériaux locaux, ouvrages d’assainissement et de franchissement de faible portée, embellissement et assainissement urbain.

Si l’on s’en tient aux équipes du Minepat, dans l’implémentation du Pactd, un accent particulier va être mis sur la construction des infrastructures sociales en matériaux locaux (écoles, centres intégrés de santé, logements sociaux pour agents de l’Etat, ouvrages de franchissement, etc.), identifier et étudier (si les conditions sécuritaires le permettent) les villages frontaliers de l’arrondissement de Nwa (Amba, Antere, Ncha, Inkiri et Manchua) rétrocédés au Cameroun dans le cadre des accords de Green Tree, pour non seulement créer massivement des emplois, mais également affirmer la souveraineté du Cameroun dans cette partie du territoire.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter