Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 11 22Article 476564

General News of Friday, 22 November 2019

Source: Actu Cameroun

Emmanuel Nkom demande des comptes à Cabral Libii

Déclaration du membre titulaire du comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), nommé par Paul Biya.
L’actualité au Cameroun actuellement est politique. L’on assiste à la constitution des listes pour les élections municipales et législatives de 2020. Sur le terrain de l’action, candidats de l’opposition et du parti au pouvoir sont sur tous les fronts. Entre démission et constitution des listes chacun y va de son petit jeu. La phase préélectorale est aussi une période des alliances, des pactes et des coups bas. Normal, la politique sous les tropiques est tout sauf du pain béni.

La période préélectorale est surtout celle des règlements de comptes. Il faut tirer sur des anciens amis d’hier question de les déstabiliser. Au mieux leur faire perdre en toute crédibilité devant les électeurs. Telle est un peu la lecture de la scène politique en ce moment au 237. La récente sortie de Emmanuel Nkom est un cas d’école à cet effet. Ce jeudi 21 novembre 2019, il est en vitrine sur Abk. Ceci, en posture d’invité d’Abk matin, la matinale de la radio que dirige Alex Siewe.

Cabral Libii

Surfant sur l’actualité politique du moment, il tance le Mrc de tous les maux, vante les mérites de Paul Biya, 37 ans au pouvoir et tacle Cabral Libii. Pour l’homme politique, le candidat arrivé 3ème à la présidentielle de 2018 a encore les comptes à rendre aux camerounais. « Cabral Libii n’a pas encore fait le compte rendu de l’argent qu’il a reçu. Parce que c’est l’argent public, et ça concerne ceux qui ont cotisé et ceux qui n’ont pas cotisé, parce que cela relève de la transparence politique». Affirme ce dernier.

Une façon très limpide de dire que si Cabral ne rend pas compte il roule ses partisans. C’est dans le fond le message de l’homme politique. Pour les faits, Cabral Libii est candidat à la présidentielle de 2018 sous la bannière du parti Univers. Alors que Paul Biya convoque le corps électoral cette année, l’ancien chroniqueur radio, devenu «Macron sur le tas» demande une cotisation publique pour payer sa caution. L’opération est un succès. L’initiative inspire même d’autres partis politiques. Depuis lors, certains attendent toujours le compte-rendu de l’opération.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter