Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 30Article 552886

xxxxxxxxxxx of Friday, 30 October 2020

Source: camerounweb.com/Mimi Méfo

Emeutes à Kondengui: Mancho Bibixy et Co condamnés à 18 mois de prison

«Je n'étais pas au tribunal donc je considère le verdict comme un non-événement. Je maintiens que la justice camerounaise est complètement pourrie. Vous ne me gardez pas en prison et n’appelez pas les autres au tribunal et ne leur donnez pas la peine de venir me donner ».
Ce sont les propos de Mancho Bibixy, activiste anglophone et leader de la révolution des cercueils, détenu à la prison de Kondengui à Yaoundé, capitale du Cameroun.

Les militants anglophones Mancho Bibixy Tse alias BBC et Ngalim Felix, qui sont détenus à la prison de Kondengui depuis près de quatre ans, ont chacun été condamné à des peines de 18 mois de prison.
Le verdict a été rendu par un tribunal de Yaoundé qui les a jugés pour un soulèvement dans le centre de détention l'année dernière.

Des sources fiables soutiennent cependant que le jugement a été rendu en l'absence de détenus anglophones.
«Il (Mancho) n'était même pas au courant d'un procès hier. Seuls quelques-uns ont été étonnamment sélectionnés et traduits en justice et un jugement général a été rendu », a déclaré une source proche de Mancho
«… Les camarades du tribunal de Mancho lui ont dit qu'il avait été condamné à 18 mois de prison pour rébellion de groupe aux côtés de Félix» a ajouté la même source.

Les militants anglophones ont de nouveau été traduits en justice pour mutinerie dans la prison en 2019. Les manifestations qui ont commencé pacifiquement, sont devenues violentes après que des criminels endurcis présumés ont détruit des bureaux et incendié une partie du centre de détention de Kondengui.

Mancho et ses coéquipiers ont également été condamnés à 15 ans d'emprisonnement avec de lourdes amendes en 2018. Ils ont été accusés de rébellion, de diffusion de fausses informations, d'hostilité contre l'État, de trahison et de participation à des manifestations dans les régions anglophones du pays.

Les militants font partie des centaines d'autres anglophones détenus dans les prisons du pays à la suite de la crise anglophone qui s'est intensifiée en 2016.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter