Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 02 27Article 494890

General News of Thursday, 27 February 2020

Source: cameroonvoice.com

Eloges et adorations: Maurice Kamto a 'endormi son peuple'

Il est 11 heures et 20 minutes exactement au moment où nous mettons en ligne. Au quartier New-Deido (Centre-Est de la capitale économique, Douala) il faut effectuer, sur place, tout un parcours du combattant, pour se frayer un passage sur un mètre de distance. Et recommencer la même manœuvre pour un mètre supplémentaire. Sur un diamètre d’environ 2 kilomètres, c’est la croix et la bannière depuis un peu plus de deux heures.

Mais ici, c’est un supplice que tout le monde semble subir de bonne grâce. Et pour cause, ils sont là depuis huit heures, pour faire un triomphe « au plus digne des enfants du pays », « au président légitime de la République », « au vrai Moise national envoyé par Dieu pour délivrer les Camerounais des mains étouffantes du Pharaon Biya », « au digne héritier des valeureux nationalistes Martin Paul samba, Madola, Sultan Ibrahim Njoya, Um Nyobe, Osssende Afana, Ernest Ouandué, Félix Roland Moumié… » (sic et re-sic) et l’auteur en oublie, de ces périphrases égrenées par des lèvres et d’autres, pour nommer un seu homme, Maurice Kamto, candidat vainqueur de la présidentielle de 2018 pour ses partisans, candidat malheureux arrivé juste derrière le président sortant et candidat à sa propre succession, Paul Biya.


Maurice Kamto qui n’est pas encore sur les lieux au moment où nous écrivons ces lignes, est revenu dans la nuit de mardi, d’un long périple international de près de deux mois en Occident, où il a porté aux yeux, dans les consciences et dans les cœurs des autres hommes et dirigeants d’autres peuples, la réalité la plus crue des misères infligées au peuple du Cameroun par l’une des plus indéboulonnables dictatures de la planète.

Pour tous ces milliers de Camerounais de Douala qui sont massés là depuis le matin, « il était en mission, pour nous, et il l’a accomplie avec succès, c’est à notre tour de le porter en triomphe », entend-on dire presque en cœur, des militants et sympathisants chauffés à blanc, par des petits groupes de choristes qui eux aussi ne laissent pas conter.


Avec des chants composés pour la circonstance, à la gloire de celui que ses détracteurs du régime en place appellent le chef de la meute des tontinards : « Kamto notre président, Kamto notre président Ô, c’est toi que nous avons choisi, c’est toi que nous avons choisi », ou « Attention, Attention, Attention, l’avion du changement décollera bientôt, c’est Maurice Kamto qui est pilote ééééé ! As-tu le billet, mon frère ? »….

L’occasion faisant le larron, des personnes se sont improvisées commerçants et proposent à vendre de l’eau fraiche, des fruits, et autres biscuits, des jus de fruits… des apéros finalement éponymes pour aguicher les milliers de personnes venues accueillir Kamto au siège régional de son parti ici à New-Deido. On a ainsi de “l’eau Kamto”, “l’ananas Kamto”, les “mangues Kamto”… et autres trucs “Kamto”, qui s’arrachent comme des bouts de pain, faisant faire de bonnes affaires à ceux qui les commercialisent.
Advertisement

Petite curiosité, des éléments de la force du maintien de l’ordre, dont des officiers supérieurs et commissaires de police ainsi que des officiers de la gendarmerie, sont présents, nombreux, soit disant pour encadrer cette manifestation, mais n’ont rien pu face à cette déferlante qui a carrément coupé la circulation dans la ville pour accueillir « le président élu ».

Qui est finalement venu, a vu, a vaincu les forces rétrogrades de l’oppression.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter