Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 06 04Article 600352

Infos Sports of Friday, 4 June 2021

Source: Le jour

Elite One: le Minsep met les barbelés autour des 200 millions débloqués pours les clubs

Seidou Njoya et Mouelle Kombi Seidou Njoya et Mouelle Kombi

Le déblocage de cette somme par le ministre des Sports est entouré d’exigences contenues dans la correspondance adressée au président de la Fécafoot le 1er juin 2021.

La Fédération camerounaise de football (Fécafoot) a, par une correspondance adressée au ministre des Sports datée du 06 avril 2021, sollicité une subvention pour l’organisation des championnats professionnels. Depuis la fin de la phase aller des championnats professionnels Elite One et Elite Two, l’on ressentait déjà un malaise entre les clubs et la Fécafoot, organisateur desdites compétitions. La phase retour, sensée avoir commencé depuis deux semaines, n’a pas toujours démarré. La Fécafoot ayant évoqué une tension de trésorerie alors que les clubs réclamaient la seconde tranche de la subvention de l’Etat. Deux actions ont été alors menées en direction du ministère des Sports. Cette correspondance de la Fécafoot et la démarche des présidents de clubs d’Elite au ministère des Sports pour poser le problème de la subvention qu’ils attendaient de l’Etat pour engager la phase retour.

Le ministre des Sports, le Pr Narcisse Mouelle Kombi a alors donné une suite à la demande de la Fécafoot : « Compte tenu des contraintes financières actuelles, le ministère des Sports et de l’Education Physique mettra supplémentairement à la disposition de la Fécafoot, à titre exceptionnel et ponctuel, une subvention de l’ordre de 200.000.000FCfa en vue d’accompagner le déroulement de l’édition 2021 des championnats professionnels de football, organisés sous son égide ». Sauf que, cette somme ne sera pas débloquée en totalité, mais en tranches et suivant des conditions précises. « Par souci du respect de la réglementation encadrant la gestion des fonds publics, cette subvention sera débloquée par la Paierie spécialisée du Minsep en deux (02) tranches à raison de 100.000.000FCfa par semestre, au bénéfice de l’agent comptable de la Fécafoot », écrit le Pr Narcisse Mouelle Kombi. En posant un autre préalable : « En vue de l’engagement de cette procédure, je vous saurai gré de vouloir bien me transmettre préalablement un mémoire de dépenses pour la première tranche envisagée. Il est entendu que la présentation d’un compte d’emploi des fonds alloués au titre de la première tranche, conditionnera dans la mesure du possible, le déblocage de la seconde ».

Le football budgétivore

Bien avant, le ministre des Sports a tenu à rappeler au président de la Fécafoot que l’Etat, à travers le ministre des Finances, avait bien débloqué une première tranche de 350 millions FCfa, pour permettre le démarrage de ces compétitions. De même qu’il est important de savoir que le payement des salaires aux joueurs n’est pas de la responsabilité du ministère des Sports. « La rémunération salariale des joueurs et encadreurs des championnats professionnels (personnes non salariées de la fonction publique) n’est juridiquement pas du ressort du ministère des Sports et de l’Education Physique », indique le Pr Narcisse Mouelle Kombi. Il est question pour la Fécafoot d’ailleurs de comprendre qu’elle n’est pas fédération sportive civile nationale, la seule ayant le droit de bénéficier des appuis budgétaires du ministère des Sports, qui consacre déjà plus de 70% de ce budget global aux compétitions liées au football. Citant au passage la préparation de l’équipe nationale de football pour la Can, comme c’est le cas en ce moment en Autriche, les éliminatoires de la Coupe du monde Qatar 2022, la préparation et la participation des autres sélections nationales et clubs camerounais engagées aux compétitions internationales. « Au même moment, notre pays est tenu d’organiser au cours de la présente saison sportive plusieurs événements sportifs majeurs : une Can de handball dames, une Can de basketball dames, les championnats d’Afrique de tennis de table et deux Tours cyclistes internationaux », a-t-il énuméré.

Changement de paradigme

Le ministre des sports en a profité pour conseiller au président de la Fécafoot, de trouver d’autres pistes de d’autofinancements des clubs. Etant d’ailleurs donné que ceux-ci sont des sociétés à but lucratif suivant la loi. « Je saisis cette occasion pour exhorter la Fécafoot à opter, à l’avenir, pour des solutions permettant d’alléger les dépenses en subvention de l’Etat, et à œuvrer à l’accroissement des capacités d’autofinancement du football professionnel. La loi n°2018/014 du 11 juillet 2018 portant organisation et promotion des activités physiques et sportives au Cameroun (en son article 40), oblige les clubs professionnels, entités à but lucratifs, à se constituer en sociétés à objet sportif », à rappeler le Pr Narcisse Mouelle Kombi. Ces équipes professionnelles qui, d’après un observateur, ne partagent jamais les fonds issus des transferts des joueurs avec l’Etat. Maintenant que le verrou a été mis sur l’argent de l’Etat, un changement de paradigme s’impose et chaque équipe devra faire son aggiornamento.

Rejoignez notre newsletter!