Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 07Article 560780

General News of Monday, 7 December 2020

Source: Actu Cameroun

Elections régionales 2020 : l’opposition accuse le RDPC de votes irréguliers

Le président du FCP, Denis Atangana, a dénoncé les méthodes du parti flammes qui a fait acheminer les électeurs par bus pour aller voter.
Au Cameroun, près de 25 000 grands électeurs ont voté, ce dimanche 06 décembre, pour élire les conseillers régionaux. Si le RDPC au pouvoir devrait ainsi faire une razzia dans les tout premiers conseils régionaux attendus, l’opposition dénonce des votes irréguliers.

A Yaoundé, dans le bureau de vote, c’est sans surprise que le parti au pouvoir a remporté tous les votes. Sauf deux qui sont allés au Front des Démocrates Camerounais (FCP), un parti d’opposition.

Interrogé par RFI, le président du FCP Denis Atangana a dénoncé les méthodes du parti flammes qui a fait acheminer les électeurs par bus pour aller voter : « Une pratique inadmissible dans un scrutin censé être libre et démocratique.», a déclaré l’homme politique.



En gros, la participation atteint un record avec près de 90% du corps électoral constitué d’environ 25 000 grands électeurs : « Le ministre de l’administration territoriale peut dire avec certitude que l’élection des conseillers régionaux s’est déroulée dans la sérénité, le calme et la tranquillité. Aucun incident pouvant porter atteinte à la crédibilité du scrutin ou à la sincérité des résultats attendus des urnes n’est à relever. », s’est félicité dimanche soir le ministre de l’Administration territoriale Paul Atanga Nji.

La razzia du parti au pouvoir
Malgré cela ces élections n’ont pas vraiment permis de mettre fin aux différentes crises que traverse le Cameroun. Les principales formations politiques de l’opposition ont boycotté ce scrutin. Il s’agit notamment du SDF de Ni John Fru Ndi dont le fief électoral se trouve dans la partie anglophone du pays. Mais aussi du MRC de Maurice Kamto, hors de toutes compétitions électorales depuis le boycott des municipales et législatives de février.

Quoi qu’il en soit, le RDPC renforcerait sa domination sur la quasi-totalité des institutions du pays. Une configuration pourtant loin de refléter la diversité ethnique et socio-politique au Cameroun, selon de nombreux observateurs. D’autres se réjouissent du fait que le contenu du « statut spécial » accordé aux régions anglophones en crise va pouvoir être apprécié.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter