Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 01 21Article 486064

Politique of Tuesday, 21 January 2020

Source: cameroonintelligentreport.com

Elections: les militants et les cadres du SDF de Fru Ndi désemparés

Le Front social-démocrate (SDF) d'opposition, déstabilisé par l'exode massif de ses militants, dont la plupart sont devenus la cible de milices séparatistes, est divisé sur sa participation aux élections locales du 9 février.

Avec près de 40 membres retenus en otage et trois résidences de cadres incendiées, les FDS subissent de plein fouet les représailles des milices armées opérant dans les régions anglophones. Ces milices continuent de cibler ceux qui participent au processus électoral, initié par le président Paul Biya fin 2019. À l'approche des élections législatives et municipales de février, la stratégie électorale du SDF provoque des divisions au sein du parti.

Dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, bastions des FDS, les membres du principal parti d'opposition (en termes de nombre de membres élus au Parlement) sont pris pour cible par les milices, qui ont ouvertement appelé à leur «neutralisation» depuis la publication des listes de candidats, désormais clôturées. Signe de l'ampleur du danger, John Fru Ndi, président des FDS, a été contraint d'abandonner sa résidence à Bamenda et de se réfugier à Yaoundé «en raison de nombreuses menaces de mort».

Alors que le challenger historique de Biya a souvent affirmé qu'il serait «prêt à mourir à Bamenda si besoin était», les suites de son dernier enlèvement fin juin, qui l'oblige à se rendre régulièrement aux États-Unis pour y être soigné, semble avoir changé d'avis. .

Peur d'une nouvelle défaite

Au sein du SDF, la question de la participation aux élections locales de février est source de division. Une frange du parti, comprenant principalement les citoyens de base restants dans les régions anglophones, s'oppose ouvertement à la participation au processus. Pour eux, les blessures de la dernière élection présidentielle - au cours de laquelle le SDF a concédé une défaite historique en terminant quatrième, une première depuis sa création en 1990 - sont à vif et les craintes d'un nouveau revers sont au cœur de leurs préoccupations.

Avant de quitter le Cameroun le 11 janvier, Fru Ndi a réaffirmé que son parti participerait aux élections.

«Le SDF n'a jamais eu d'élections faciles au Cameroun. Nous avons même souvent dû gagner des élections, puis nous avons été battus et volés. Mais nous sommes en compétition parce que nous voulons faire savoir au monde que nous sommes prêts pour ces élections », a-t-il déclaré à la presse.

Des opinions divergentes

Selon des sources internes, la participation du SDF aux élections est une fatalité, même si Fru Ndi n'exclut pas un éventuel retrait de la course.

"Si ces élections ne se déroulent pas dans des conditions sûres, nous annulerons notre participation", a-t-il déclaré. "Nous avons jusqu'en février pour voir quelle est la situation sur le terrain et tirer des conclusions", a déclaré Joshua Osih, qui a pris les rênes du parti en l'absence du président.

Plusieurs retraits

Cependant, sur le terrain, les partisans du boycott ont déjà jeté l'éponge. A Bamenda, Batibo, Bafut et Bali, les annonces de retrait des candidats SDF se sont succédé et ont suscité de nombreux commentaires.

Awabeng Daniel Babila, un ancien candidat aux élections municipales à Bali, a choisi de démissionner, déclarant: «J'ai perdu des êtres chers dans cette crise. On m'a conseillé de ne pas courir, ce que j'ai fait. Je ne suis plus membre des FDS ni d'aucun parti politique. »

Ces retraits en cascade pourraient sérieusement menacer les chances du SDF - déjà affaiblies - aux élections de février. Contrairement aux élections locales de 2013, au cours desquelles le parti a présenté 103 candidats, seuls 61 candidats ont été enregistrés pour les prochains scrutins.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter